FacebookTwitterDiggGoogle BookmarksLinkedIn
    Ferienhaus Ostsee

L’allocation optimale des ressources naturelles ; Qu’en est-il des
ressources halieutiques en Algérie ?

 

BENNACER Nasreddine Béjaia,
Email: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
AIT ATMANE Foudil, Béjaia
Email: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ,

 

Introduction
Les questions liées à la gestion des ressources naturelles accaparent une place importante dans les réflexions actuelles sur le développement durable. En effet, l’enjeu est de taille, car la nature qui constitue le socle de vie pour l’homme et ses activités subit, de jour en jour, de fortes pressions matérialisées à travers de graves déséquilibres qui peuvent être irréversibles à long terme. Le réchauffement climatique résultant des différentes pollutions externes à l’activité humaine (domestique ou industrielle) et la raréfaction voire l’extinction des ressources naturelles (renouvelables ou non renouvelables) sont des problèmes de taille auxquels les pôles de décision doivent faire face. La bonne gouvernance réconciliant le progrès socio-économique et la protection de l’environnement est sans doute le pivot le plus important de toute démarche inscrite dans le cadre du développement durable. Dans cette optique, l’adoption des modes de gestion adéquats, qui doivent répondre aux critères d’optimisation et de durabilité d’usage des ressources naturelles, doit être assignée à tout projet d’investissement. L’objectif est double : d’une part, cela permet une longévité de la durée d’exploitation des ressources épuisables, et la pérennité des ressources renouvelables, et d’autre part, en aval, les externalités négatives liées aux différentes pollutions seront réduites. En d’autres termes, les coûts environnementaux
seront limités.
La présente communication sera consacrée à éclaircir la question liée à l’allocation optimale des ressources naturelles. Bien entendu, la démarche à suivre tiendra compte aussi bien des ressources non renouvelables que des ressources renouvelables. Dans le cas des premières, les travaux d’Hotelling constitueront notre point de référence, tandis que dans le cas des secondes, nous saisirons pour cas pratique, la gestion d’une ressource particulière qui s’inscrit dans la catégorie des biens communs, à savoir la ressource halieutique. À travers l’étude du cas algérien en général et de celui de la wilaya de Béjaia en particulier, nous essayerons de lever le voile sur la durabilité (ou non) d’exploitation de la ressource renouvelable en question. Évidemment, si le gaspillage des ressources naturelles constitue, dans une large mesure, un problème environnemental avant d’être un problème économique, la sous-exploitation des ressources renouvelables se présente comme une forme de gaspillage, tandis que la surexploitation peut induire à des conséquences drastiques sur le milieu naturel. Ces éléments seront examinés en s’appuyant sur les résultats d’une enquête de terrain réalisée auprès des entreprises de pêche de la wilaya de Béjaia.

 

Télécharger l'article

  • Image manifest.univ-ouargla 01
  • Image manifest.univ-ouargla 02
  • Image manifest.univ-ouargla 03
  • Image manifest.univ-ouargla 04
  • Image manifest.univ-ouargla 05
  • Image manifest.univ-ouargla 06
  • Image manifest.univ-ouargla 07
  • Image manifest.univ-ouargla 08
  • Image manifest.univ-ouargla 09
  • Image manifest.univ-ouargla 10
  • Image manifest.univ-ouargla 11