Lapalmeraie de l'oasisd’Ouargla, aujourd'hui

 

 

 

IDDER Mohamed Azzedine1, BOUAMMAR Boualem2 et IDDER-IGHILI Hakima1

 

1 Laboratoire de rechecheur la phoeniciculture"Phoenix", Université KASDI Merbah, BP 511,

 

30000 Ouargla, Algérie. azzouCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

2Laboratoire de Protection des Ecosystèmes en Zones Arides et Semi-arides, Université

 

KASDI Merbah, BP 511, 30000 Ouargla, Algérie.

 

 

 

 

 

 

 

Résumé:

 

 

 

Les    oasiens    ont    su    créer    une    complicité    harmonieuse    avec    leur    écosystème palmeraie,  même   si  leurs   moyens  financiers  et   matériels  étaient   dérisoires.  Depuis longtemps,  leur  souci  majeur  était  la    fragilité  et  la  complexité  de  leur  écosystème, donc  sa  préservation  pour  y  produire,  y  vivre  et  y  permettre  aux  générations  futures de survivre.

 

Des    enquêtes    réalisées    sur    terrain,    appuyées    par    des    données    de    différentes structures  agricoles  et  par  de  nombreuses  prospections  ont  révélé  des  contraintes  qui menacent    de    façon    sérieuse    l’écosystème    palmeraie    et    éventuellement    le    ksar d’Ouargla.    Ce    sont    essentiellement    le    morcellement    et    la    parcellisation,    le vieillissement   de   la   main   d’œuvre   et   des   palmeraies,   les   itinéraires   techniques inadéquats,  la  cherté  des  intrants et   le  manque  de  moyens  financiers,  le  rejet  des eaux  usées,  l’approvisionnement  en  produits  (semences,  engrais  et  produits phytosanitaire),   et   l'insuffisance   d’eau   à   la   parcelle.   Pour   la   réhabilitation   des palmeraies  du  ksar  d’Ouargla,  le  diagnostic  a  fait  ressortir  un  ensemble  disparate  de contraintes  qui  sont  en  interdépendance.  Ces  contraintes  sont  à  l’origine  du  grave déséquilibre  écologique  qui  est  en  train  de  se  produire  et  qui  risque  fort  de  devenir irréversible. Si  pour  certains,  la  solution  qui  parait  la  plus  facile  passe  par  la  mise  en place  de  nouvelles  palmeraies  ou  oasis,  il  n’en  demeure  pas  moins  que  c’est  un important   patrimoine   phœnicicole   qui   est   menacé   de   disparition   et   une   ville   qui risque de « s’étouffer » si l’on ne réhabilite pas cet écosystème.

 

La    réhabilitation    de    cette    palmeraie,    au    vu    de    l’imbrication    des    différentes contraintes,  passe   par   des   actions  conjuguées  et   intégrées   sur  tous   les   plans.   Un exemple concret de réhabilitation fera l'objet d'une étude.

 

 

 

Mots clés : Contraintes, Ouargla, Palmeraie, Préservation, Production.

 

Télécharger l'article