L’AGRICULTURE SAHARIENNE ET SECURITE ALIMENTAIRE EN ALGERIE

 

Bouammar Boualem 

Laboratoire de protection des écosystèmes en zones arides et semi arides –Université Kasdi Merbah – Ouargla.

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Résumé :

 

 

 L’agriculture saharienne a été pour un certain temps confinée par les pouvoirs publics en Algérie comme l’Eldorado et comme un palliatif aux avatars de l’agriculture dans le Nord du pays. La politique agricole actuelle qui semble plus pragmatique, vise  à valoriser au mieux les ressources existantes avec des réussites conjoncturelles et des expériences nombreuses soldées par échecs en raison d’une mauvaise conception et d’un excès de précipitation. Les ressources en sol et en eau paraissent limitées et si elles sont exploitées rationnellement et d’une manière optimale elles ne peuvent que contribuer à la réduction d’une dépendance alimentaire de plus en plus accrue. Ceci passe par des interventions sur les systèmes de production agricole et par des actions plus ciblées qui donnerait plus de sens à la notion d’autosubsistance qui a prévalue pendant des siècles dans les oasis algériennes.

Cette présente réflexion se donne pour principal objectif de dégager les pistes les plus pertinentes pour améliorer la production et la productivité dans l’agriculture oasienne et pour réduire la dépendance des régions sahariennes des autres régions en matière d’approvisionnement en produits agricoles d’une part, et d’autre part contribuer à la réduction de la facture alimentaire.

 

 

Mots clés : Agriculture saharienne, production agricole, sécurité alimentaire, systèmes de production agricoles oasiens.

 

 

Télécharger l'article