La céréaliculture saharienne et le triangulaire de durabilité : réalité ou mirage ?

 

SENOUSSI Abdelhakim

 

Université Kasdi Merbah Ouargla.

Laboratoire de Bioressources Sahariennes ; Préservation et Valorisation.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

 

 

Résumé

 

L'Algérie agricole du XXIème siècle n'est plus celle d'antan, d’exportateur net à la veille de l’indépendance, on a fini par devenir aujourd’hui un importateur structurel important de produits céréaliers. De ce constat amer, on assiste au seuil des années 1980 à un redémarrage de l'agriculture algérienne, en imposant de nouvelles définitions et une nouvelle stratégie dont l'espace Sahara serait la clef de voûte pour y remédier. Le déplacement du centre d’intérêt de production céréalière vers les régions sahariennes conduit à un écosystème nouveau, sous forme de système de production moderne, où de sérieuses perturbations engendrées par un recul net de sa production, s’avère l'unique alternative. C’est ainsi qu’apparaissent des implantations céréalières, sous forme de créations ex-nihilo, loin de toute zone habitée,dotées de gros moyens de production, avec de grands pivots d’irrigation. réservés à des entreprises, ayant un support financier important, crées par des entrepreneurs, industriels ou grands commerçants. Mais il est un revers à cette médaille. Cette agriculture de type capitaliste apparaît plaquée sur la société locale, et susceptible de la déséquilibrer.

N'est-il pas admis que pour comprendre le fonctionnement d'un système de production organisé, on ne peut pas faire abstraction des individus qui portent les finalités, l'organisent, le pilotent et y travaillent ? Il devra être appréhendé non seulement comme un lieu de production orienté vers le profit, mais comme un univers social, économe des ressources naturelles, siège d'interactions durables intégrées à la croissance économique

            Coûteuse, elle est l'agriculture saharienne, qui doit répondre à la réalité saharienne et ne peut réussir qu'en occupant des créneaux spécifiques par la nature et la qualité de ses produits. En somme, toute conception de développement devrait s'appuyer sur la conciliation entre différentes sphères ; sociale, écologique, agronomique et économique.  Ce à quoi la présente synthèse tente de mettre en évidence.

 

Mots clés: Sahara, Céréaliculture, Contraintes, Durabilité.