L’effet agricole sur les changements des zones humides a climat aride en utilisant l’imagerie Landsat et le SIG

 

 

 

 

DJIDEL Mohamed (1), BOUAFIA Imad-Eddine(2)et MEDJANI Fethi(1)

(1) Laboratoire de Géologie du Sahara, Université KasdiMerbah Ouargla, Algérie.

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

(2) Département des Sciences de la Terre et de l’Univers, Université KasdiMerbah Ouargla,

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

RESUME

Les zones humides sont très dynamiques par l’effet de plusieurs paramètresnaturels et anthropiques. La variabilité de ces zones humidesvarie des zones inondables d’un climat humide à des chotts et sebkhas d’un climat aride.Étant donné l’évolution de ces zones dans un seul site dépend de l’origine et de la qualité des eaux.

L’objectif de ce travail est d’utiliser les données de Télédétection et les vérités-terrain pour la réalisation des cartes des zones humides et de leurs évolutions dans le temps. C'est dans ce contexte qu'une approche méthodologique utilisant des outils performants tels la télédétection et les SIG a été conçue au vu de la complexité du milieu et de la problématique à traiter. C’est ainsi des cartes d’occupation du sol caractérisantles différentes zones humides de la région par utilisation de l’imagerie TM et ETM+ de Landsat. Puis, une approche de détection des changements deceszones à partir d’une série d’images multi-temporelles a été adoptée.

Les résultats des traitements et les données inhérentes au milieu d’étude ont été intégrés dans un SIG afin de développer une cartographie des changements des milieux humides.

MOTS-CLES :Télédétection, SIG, matrice de changement, évolution diachronique, zones humides, Ouargla.

I.     INTRODUCTION

Les terres arides et hyperarides représentent 84% de la superficie de l’Algérie. La partie septentrionale de son territoire recèle d’importantes ressources en eau souterraines emmagasinées dans deux grands aquifères. L’eau de surface est représentée seulement par desChotts et desSebkhas, Ces milieux humides servent comme exutoires aux eaux de drainage des palmeraies, d’écoulements de surface ou souterrain des oueds et de rejets d’eaux usées des agglomérations urbaines. (Bonnard et Gardel, 2004).

Le Bas-Sahara (sud-est algérien) connait récemment un problème très délicat concernant la remontée des eaux en surface (Idder, 2011), cela est dû aux effets anthropiques issus de l’augmentation de la population. La sebkha d’Oum Raneb est une zone humide qui se trouve dans la région d’Ouargla (1200 ha) a été classées en 2004 comme zone d’importance internationale sur la biodiversité, selon la convention de Ramsar(Costa et al., 1996).

Les études sur le changement dans l’occupation et l'utilisation du sol sont d’une grande importance car ils permettent de connaître les tendances actuelles dans les processus de dégradation, de désertification et de perte de la biodiversité d'une région déterminée (Lambin et al. 2001). Il existe des facteurs naturels, (climatique, … etc.), qui favorisent les variations de la couverture végétale.

La procédure la plus efficace pour mesurer le degré de changement de l'environnement est l'étude multi-date des zones humides. C’est pourquoi, dans ce travail, nous proposons d’évaluer le changement récent de l’occupation du sol dans les zones humides à partir de l’analyse diachronique des images Landsat pour les dates 1987, 2000 et 2009.

Les travaux de recherches qui ont conduit à la cartographie des zones humides et les zones humides sahariennes salifères.

Une étude d'évolution et de dégradation des zones humides à l'aide de données satellitaires multi-temporelles et le SIG pour Hoor Al Azim dans le sud-ouest de l'Iran ont été réalisée par des classifications des images Landsat (MSS 1985) et (ETM+ 1999, 2002, 2011). Elle a montré qu'il y a une diminution spatiale dans la zone humide (72%) due à l'augmentation des terres agricoles, à l'augmentation de la demande en eau et aussi à des activités anthropiques dans les zones en amont des zones humides. (Ghobadi et al., 2012).

Une évaluation du potentiel d'une série temporelle de données brutes de télédétection comprenant trois images numériques acquises entre 1979 et 2002 pour la détection de changement des zones humides dans le lac Hongze dans la province du Jiangsu Nord. Elle a1                montré qu'une grande perte de terres humides a eu lieu dans la zone d'étude au cours de plus de 20 ans. (RUAN et al., 2008).

Des classifications, en utilisant des images satellitaires à très haute résolution (Quick bird et Corona) à KallarKahar, ont permis d'analyser la détection des changements de zones humides. (Sheikh Saeed Ahmad et al., 2012).

La classification supervisée d'images microsatellites de Beijing pour examiner la composition de surface à grande échelle et de son évolution de Novembre 2007 à Mars 2008 de l'eau du lac Poyang. le plus grand réseau de lacs et les zones humides d'eau douce en Chine. Montrant une diminution et une augmentation au cours de la période d'étude, en raison des précipitations et des phénomènes hydrologiques. (Dronova et al., 2011).

Pour atteindre l’objectif de la mise en évidence des zones humides salées, notre démarche est de réaliser des classifications supervisées pour obtenir les principales classes. Ceci a aidé à la détection des changements des différentes classes ainsi qu’à l’interprétation de l’évolution des zones humides.

 

 

 

Télécharger l'article