Aspects Quantitatifs et Qualitatifs des Eaux Transitant par  la  Grotte Karstique de Bouakkous (Extreme Est Algerien).

 

 

 

 

Feyrouz Hafid(1), Hicham Zerrouki(2), Ghrieb Lassaad(3) & Zeddouri Aziez(4)

 (1)Département des Sciences de la terre, Université Kasdi Merbah Ouargla,  Algérie.   

 (2)Département des Sciences de la terre, Université Kasdi Merbah Ouargla,  Algérie.

(3)Département de Biologie, Université 8 Mai 1945 Guelma,  Algérie.

 (4)Département des Sciences de la terre, Université Kasdi Merbah Ouargla,  Algérie.   

(1)Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Abstract— Les travaux portant sur la connaissance et le fonctionnement des aquifères karstiques sont limités et les dernières recherches effectuées sur la grotte de Bouakkous sont très anciennes. Cette situation empêche de pousser l’étude plus loin. Pour réaliser notre travail, nous nous sommes intéressés à la morphologie externe de la grotte. Le constat réalisé montre une morphologie gondolée traduisant la présence de petites dolines. Ces dernières permettent l'infiltration des eaux dans les cavités. L'étude réalisée montre également la présence de sources sur la partie droite de la grotte en dessous de l'épikarst. Ce constat nous a permis de déduire une dissymétrie de la fissuration. En effet le coté gauche de la grotte est étanche, aucun écoulement ne se fait ; par contre, le coté droit est très fissuré, ce qui favorise l'infiltration et la circulation des eaux. Les apports en eau sont soit directs, par infiltration des eaux de pluies soit indirects à partir des Djebels entourant la grotte, tel que le Djebel Tazbent, situé à plus haute altitude. Les débits jaugés à la sortie de la grotte varient en fonction des saisons et leur pluviosité. De ce fait, à la sortie de la grotte les débits sont importants et peuvent atteindre 1913 l/s, par contre au niveau de l'oued Bouakkous caractérisant la zone aval, le débit n'excède pas 10 l/s. Les jaugeages différentiels effectués montrent une infiltration de 541 l/s. L’étude de la variation de la conductivité en fonction de l’altitude montre que les eaux issues des quatre sources ont la même origine, avec un gradient de lµs/cm/m.

Mots clésGrotte, Doline, Djebel, Débit, Karstique.

 

I.     INTRODUCTION

 

es sources de Youkous sont considérées comme une importante réserve d’eau de qualité et de fraicheur, située à l’extrême Est algérien (fig. 1), ces sources sont devenues légendaires. L’un des spéléologues membre de la société spéléologique de France, Mr Jean Trelaun (le 05 Juillet 1943) faisait la description suivante : “La grande diaclase médiale est nettement orientée Nord-Sud et prolonge sous terre la faible effondrée qui constitue actuellement la gorge de Youkous. Elle dépasse par endroits 40m de haut, et la nappe d’eau révèle à la sonde une profondeur qui dépasse parfois 20m et j’en étudie chaque année à chaque saison les variations de niveau. Cette nappe n’est en elle même qu’un réservoir avec trop plein mais n’est pas affectée par l’alimentation des oueds environnants. Un bruit de torrent très caractéristique révèle l’existence d’un système aqueux actif que je n’ai pu encore atteindre et qui proviendrait vraisemblablement d’une autre nappe supérieure importante. L’analyse de l’eau permet de la considérer comme très pure”.

Les précipitations de longue durée et la neige sont les caractéristiques du plateau de Tazbent. Les volumes d’eau en abondance issus des principales sources sont jalonnés de jardins, de grenadiers et figuiers. 

Le présent travail doit faire le point des connaissances de la région, de séparer ce qui est acquis de ce qui reste à démontrer, de tirer partie autant que possible de la confrontation des données anciennes avec les résultats récents pour apporter de nouvelles réponses, ou poser de nouvelles questions.

 

 

 

Télécharger l'article