Apport de l’analyse quantitative de la fracturation a l’estimation du potentiel aquifere

(Exemple de la faille Sidi Ali Ben Aoun - Tunisie Centrale)

 

 

 

 

M. H. Msaddek (1), Y. Moumni (2), I. Chenini (3) and M. Dlala (4)

 (1) (2) (3) (4) Unité de recherche de Paléogéographie, Géomatériaux et Risques Sismiques, Département de géologie, faculté des sciences de Tunis, université Tunis El Manar, 1060 Tunis, Tunisie

E-mails : (1) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., (2) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., (3) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

(4) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Résumé— L’atlas central Tunisien est caractérisé par des plis de direction NE-SW et des failles de direction NW-SE voir E-W formants des fossés d’effondrement [1]. La faille de Sidi Ali Ben Aoun s’individualise avec une direction subméridienne avec un jeu décrochant senestre [2].

Cette région est caractérisée par des ressources en eaux limitées. Et vu l’exploitation agricole croissante des nappes phréatiques ou profondes Mio-Plio-Quaternaire qui sont principalement marno-sableuses, la recherche des nouveaux aquifères devient une nécessité surtout au niveau des formations carbonatées sous-jacentes.

Pour bien étudier ces formations, l’analyse quantitative de la fracturation joue un rôle très important dans la caractérisation des aquifères potentiels soit par exemple pour l’étude de perméabilité et connectivité ou même pour la possibilité de recharge.

 

 

    Mots clés— Faille Sidi Ali Ben Aoun, Fracturation, formations carbonatées, aquifère

 

 

I.     INTRODUCTION

La région de Sidi Ali ben Aoun se situe à l’Ouest du Gouvernorat de Sidi Bouzid (Tunisie Centrale). Cette région est caractérisée par un climat aride supérieur tempéré [3], avec des précipitations annuelles entre 220 et 250 mm/an [3]. Ces conditions favorisent l’exploitation croissante des ressources en eaux souterraines vu le développement agricole en pleine expansion.

           La nappe Horchane qui fait le seul objectif d’exploitation dans cette région est considérée comme un aquifère bicouche formé par les niveaux phréatiques et semi profonds marneux-sableux du Mio – Plio- Quaternaire, qui sont excessivement exploités (atteignant des valeurs de surexploitation de 180% ce qui la considère la nappe la plus surexploité du gouvernorat de Sidi Bouzid), et les niveaux carbonatés de la formation Zebbag d’âge Crétacé supérieur avec des ressources exploitables estimés de 14,6 Mm³/ an [3].

                Pour déterminer les caractéristiques hydrogéologiques de ces carbonates qui font actuellement un grand aquifère stratégique, une étude quantitative de la fracturation a été élaborée dans cette région.

 

 

 

Télécharger l'article