Modélisation d’un aquifère alluvial en zone hyper aride :

Cas de la nappe de la palmeraie  de Béni Abbès

(Vallée de la Saoura, Sud-ouest algérien).

 

 

 

 

 

MERZOUGUI Touhami. (1,2), BOUANANI Abderzzak (1), BABA-HAMED K(1),, MEKKAOUI Abedrehmene. (2)

(1)     Université de Béchar, Facultés des Sciences et Technologie, B.P. 417, 08000 Béchar, Algérie. 

(2)   Laboratoire n°25, F SNVSTU, département des sciences de la terre  BP. 119, Université de Tlemcen  

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Résumé— L’eau souterraine demeure invisible et tout se passe dans nos esprits comme, si on ne risquait rien à la dégrader et on ne gagnait rien non plus à l’améliorer, notamment en zone hyper aride. Le temps est certainement venu de raisonner autrement, si on veut éviter des préjudices durables, en faisant appel aux nouvelles approches de modélisations. L’eau souterraine dans l’oasis de Béni Abbès (chapelet oasien de la vallée de la Saoura), s’organise dans un système complexe, dont la nappe des terrasses alluviales assure un rôle vital pour la palmeraie de 40 hectares. Par sa position architecturale dans le système aquifère local, la nappe alluviale s’alimente principalement par celle du grand erg occidental et occasionnellement par les crues de la Saoura. Une modélisation hydrodynamique a été entreprise de cette nappe à l’aide du logiciel ASMWIN, permettant d’atteindre une simulation numérique déterministe et bidimensionnelle, en régime permanent et transitoire. Les principaux résultats de ces travaux ont permis d’envisager différents scénarios et des prédictions ont été conclues, soulignant que cette nappe est dans état inquiétant, d’où l’urgence d’entreprendre une gestion intégrée des ressources en eau dans cette oasis, afin de garantir un développement durable.

 

Mots clés : caractérisation, oasis, Saoura, système aquifère, alluvial, modélisation.

I.     INTRODUCTION

       L’eau souterraine, cette composante invisible du cycle de l’eau,  joue un rôle majeur pour l’homme et son environnement. Elle représente la seule ressource hydrique mobilisable dans les oasis de la vallée de la Saoura.

Les  nappes en zones arides ou hyperarides ont des caractéristiques hydrogéologiques classiques ; leurs  conditions  de  réalimentation et d’exploitation induisent des problèmes particuliers,  dont  on  doit  tenir  compte  lors  de  leur modélisation.

L’oasis de Béni Abbès représente la plus importante Oasis dans la vallée de la Saoura, est une commune d'environ 12000 habitants, située dans le Sud-ouest

 

algérien. Elle est bordée à l’Est par le Grand Erg occidental, à l’Ouest par  la Hamada du Guir et la Petite Hamada. Au niveau de la basse Saoura, elle touche les monts de l'Ougarta [5], [12]. Elle se trouve à 245 km de Bechar et 357 km d’Adrar (fig. 1).

La région de Béni Abbès fait partie de la vieille plate-forme Saharienne, caractérisée par un climat hyperaride et une pluviométrie assez faible estimée à 33 mm/an. Cette oasis est constituée d'une palmeraie d’une superficie de 40 hectares, localisée sur les terrasses [9], [8].

 

 

 

Télécharger l'article