Étude de la Réactivité du Chlore Vis-à-Vis des Substances Humiques en Eaux de Surface  – Cas des Eaux de Oued M’chounech, Wilaya de Biskra-

 

 

 

MASMOUDI .Toufik1 ; YAHIAOUI Khemissi2 : GUEGAZI Saadia3& ACHOUR Samia4

1, 2 ,3,4Laboratoire de Recherche en Hydraulique Souterraine et de Surface -LARHYSS-  Département de Génie Civil et d’Hydraulique, Faculté des Sciences et de la Technologie Université Mohamed Khider de Biskra, BP. 145. R.P.7000 Biskra Algérie 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ;Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ;Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ;Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

RESUME: L’objectif de notre travail est de  donner une contribution à la connaissance de la réactivité du chlore vis-à-vis d’une eau de surface (eau d’oued M’chounech) dans des conditions expérimentales bien contrôlées (taux de chloration fixe et variable ainsi que le temps de contact). Les résultats qui nous avons obtenus ont montré que cette eau présente un potentiel de consommation en chlore assez important. Cette consommation est corrélable à la qualité des eaux et plus particulièrement à la teneur et la nature de la matière organique telle que les substances humiques (SH), à quelques éléments minéraux ayant une réactivité importante vis-à-vis du chlore (Azote ammoniacal, Fer, Manganèse…). De même, l’évolution du chlore résiduel total en fonction du chlore introduit a enregistré une courbe connue en traitement des eaux sous la dénomination de courbe de break-point. Cette courbe se déplace vers les forts taux de chlore supérieurs au break-point théorique, qui est de 7,6.  L’effet de la variation du temps de contact sur les consommations en chlore par les substances humiques (SH) contenus dans cette eau d’oued est subdivisé en deux étapes. Une étape de consommation rapide au cours des premières trente minutes, suivie d’une deuxième étape plus lente qui peut se prolonger jusqu’à plusieurs heures.

Mots clés : Eau de surface, Substances humiques, Chloration, Break-point, Cinétique.

I.     INTRODUCTION

Les eaux naturelles et en particulier les eaux superficielles contiennent à des concentrations variées des composés organiques de structures chimiques diverses. La catégorie la plus importante correspond aux substances humiques (SH) dont les teneurs peuvent atteindre jusqu’à 90% du carbone organique total (C.O.T) d’une eau naturelle.

En Algérie, le matériel humique représente souvent une part non négligeable de la charge organique totale des eaux de surface, notamment dans le cas des eaux de barrage, soit 60 à 90% du C.O.T de ces eaux [1]‒[2]. Ces substances exigent d’être éliminées car elles sont susceptibles de provoquer aussi bien des problèmes organoleptiques (couleur, goût,…) que des problèmes de santé publique par formation des produits à toxicités chroniques [1].

Cependant, la chloration des eaux est la technique de désinfection la plus employée dans le monde afin de lutter contre les maladies d’origine hydrique causées par des micro-organismes pathogènes. Par ailleurs, les réactions entre le chlore et les matières organiques naturelles (MON) en particulier de type humiques présentes dans les eaux de surface conduisent à la formation des composés organohalogénés en particuliers les trihalométhanes.

Cependant, lors de la mise en évidence de trihalométhanes (THM) dans les eaux potables de plusieurs villes américaines [3], la chloration connut une ombre. Des travaux [4]‒[5] ont ensuite montré que les sous – produits de la chloration pouvaient présenter  une activité mutagène et/ou cancérigène.

Dans ce contexte, notre objectif est d’enregistré l'influence de quelques paramètres réactionnels sur l'oxydation des eaux brutes d’oued M’chounech par le chlore. Nous étudierons plus particulièrement l'incidence du taux de chloration et du temps de contact sur la réactivité de cette eau.

 

 

Télécharger l'article