Résumé- Les cavités souterraines dans le Sahara algérien sont fréquemment liées à des systèmes hydrogéologiques très complexes. Un réseau karstique peu développé activé par les écoulements des oueds occasionnels liés à des fortes pluies exceptionnelles est souvent la cause de création des cavités souterraines. Ces dernières commencent en sous-sol ensuite se développent pour donner naissance à des effondrements de dimensions variables.

Le développement des cavités souterraines est accru par le lessivage des roches carbonatées et évaporitiques. Au Sahara, les alluvions contiennent des taux importants de gypse qui joue un rôle primordial dans la formation des poches de dissolution donnant par la suite des cavités ou des effondrements.

Dans ce travail on considère le paramètre « taux de gypse » dans les alluvions comme un indicateur du développement du réseau des poches de dissolution et par la suite de l’estimation du risque d’effondrement du sous-sol.

Notre étude propose une démarche expérimentale dont le principe est de mesurer au laboratoire la résistivité électrique des échantillons d’alluvions prélevés de la zone d’étude et de doser le gypse et établir la relation entre ces deux paramètres (résistivité et taux de gypse). Cette démarche a été appliquée sur les sables et grès de la région de Ouargla en mélangeant les échantillons avec des quantités progressive de gypse. Les valeurs des résistivités obtenues ont servi à l’interprétation des profils de tomographies électrique 2D exécutés dans la région de Ouargla qui ont révélé l’importance du taux de gypse dans les alluvions des sebkhas entourant la ville.

 

Mots clés : gypse, résistivité électrique, tomographie électrique 2D, dissolution, cavités souterraines, effondrement, Ouargla.

 

I.     INTRODUCTION

 

Les méthodes électriques sont utilisées non seulement pour la prospection de formations géologiques et d’aquifères, mais également pour caractériser les sols affectés par différents facteurs.

Pour un matériau donné, la propagation du courant électrique dépend de la nature chimique des phases solides et liquides ainsi que de leur teneur respective (Rhoades, 1989). L'interprétation du signal électrique reçu après injection du courant sera d'autant plus aisée que certains de ces paramètres seront considérés comme invariants.

Nous avons réalisés plusieurs travaux expérimentaux pour le but d’obtenir des valeurs de résistivités des différentes formations superficiels de la région de Ouargla et ces relations avec quelques facteurs influant à la résistivité (teneur en NaCl, taux de gypse, humidité…).

 

Prélèvement des échantillons

Des échantillons de sol ont été prélevés de 4 régions différentes : (fig. 1, 2 et 3)

•              Sables dunaire (Sidi Khouiled)

•              Alluvions (Sebkhat Bamendil)

•              Grès (Bamendil)

•              Gypse (Ghardaia – Noumerate)

Les prélèvements des échantillons ont été fait par le ramassage des quantités suffisantes des 3 formations (sables, alluvions, grès) mis dans des sacs de plastique étanches.

Les échantillons ont été séchés à l’air, broyés et tamisés (1mm) avant de commencer les mesures de résistivités.

Les échantillons de gypse ont étés rincés, puis séchés à l’air libre broyés et tamisés (1mm). L’utilisation de gypse a pour but de simuler son existence dans quelques formations par l’ajout de différentes proportions et ensuite la réalisation des mesures.     

 

 

Télécharger l'article