Contribution à l’étude hydrogéochimique des eaux et des formations de la nappe superficielle de la cuvette  de Ouargla – Algérie

 

 

Belkacem AISSANI(1), Rabah BOUTRIKA(2), Imed Eddine NEZLI(1), Safa OUBIRA(3), Karima ABOUB(3),

(1) Laboratoire de géologie du Sahara, Université Kasdi Merbah Ouargla. BP 511 route de     Ghardaia- Algérie ;

(2) Laboratoire de Métallogénie et de Magmatisme de l’Algérie, FSTGAT – USTHB, Bp. 32 El Alia, Bab Ezzouar, Alger -Algérie

(3) Département des sciences de la Terre et de l’Univers, Université Kasdi Merbah Ouargla- Algérie ;

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


RESUME

Le Sahara septentrional présente des ressources en eau souterraines importantes, représentées par deux grands aquifères : le Continental intercalaire et le Complexe Terminal. Les eaux de la nappe phréatique de la région de Ouargla sont minéralisés à savoir l’impact de la lithologie sur le chimisme des eaux. Le présent travail tend en premier lieu à la caractérisation hydrogéochimique des eaux de la nappe phréatique et leur lithologie à partir des différentes analyses physico-chimiques sur les eaux et à la détermination de la minéralogie du sol. Les résultats obtenus montrent que, les eaux de la nappe phréatique est de faciès chloruré sodique. Les valeurs des indices de saturation indiquent que ces eaux sont sursaturées vis-à-vis des minéraux carbonatés et évaporitiques. En présence des kaolinites et des illites aucun échange de base n’a été trouvé en raison de leur faible capacité d’échange. L’eau des sables dans la région étudiée sont plus chargées en sels (SO4, Cl, Na, Mg, Ca).

 

Mots clés : Ouargla, Sahara septentrional, hydrogéochimie, nappe phréatique, indices de saturation.

 

Abstract

The Northern Sahara present the groundwater resources, represented by two major aquifers: The intercalary Continental and Terminal Complex. The waters of the groundwater in the area of Ouargla are mineralized namely the impact of lithology on the chemistry of the water. The present work tends first the water to hydrogeochemical characterization the waters of groundwater and there lithology from the different physico-chemical analyzes on waters and to determine the mineralogy of soil .The results shows that the waters of the groundwater is chlorinated sodium facies, the value of saturation indices indicate that these waters are oversaturated in the face of the carbonate and evaporite minerals. In the presence of kaolinite and illite no base exchange has been found due to the low exchange capacity. The water sands in the study region are loaded with salts (SO4, Cl, Na, Mg, Ca).

 

Key words: Ouargla, Northern Sahara, Hydrogeochemistry, groundwater, indices of saturation.

 

I. INTRODUCTION

Dans les bassins, en général les caractéristiques des eaux varient dans l’espace et dans le temps. Le Sahara algérien jusqu’à présent, fait l’objet des différentes études universitaires, des études ont porté sur la reconnaissance géologique des terrains [1] et [2], et étude hydrogéologique [3] du système aquifère du Sahara septentrional. D’autres tâches on estime les potentialités hydriques du système, tout en proposant divers scénarios de son exploitation à moyen et à long terme [4] et [5].

La nappe phréatique est épaisse de 1 à 8 m. Elle repose sur un niveau épais imperméable qui occupe le fond de la vallée de Ouargla et l’isole des nappes sous-jacentes. L'alimentation se fait sur les affleurements perméables, par infiltration des eaux de ruissellement apportées par les oueds. Un apport non négligeable se fait par l'impluvium du Grand Erg oriental [6]. Cette alimentation se fait à travers les couches de sable du Mio-Pliocène formant des falaises à l’Ouest de Ouargla [7]. Les nappes phréatiques sont présentes au Sahara et se situent dans les zones de dépressions ou les vallées, sont alimentées par les pluies, les crues, les eaux de drainage et aussi par les remontées naturelles en provenance des aquifères plus profonds ou encore par les fuites dans les ouvrages. Ces ressources superficielles sont importantes dans le Sahara, elles permettent d’irriguer les palmeraies, les jardins légumiers et d’abreuver les troupeaux. Les profondeurs des nappes au Sahara varient entre 01 et 60 m, sauf dans la région des Zibans où  elles atteindront les 150m.

Le recours aux eaux souterraines plus profondes par la multiplication des forages d’exploitation captant les aquifères du continental intercalaire (CI) et du complexe terminal (CT) destinés aux besoins d’irrigation et d’alimentation en eau potable a accéléré la remontée des niveaux hydrostatiques des nappes phréatiques. Cette situation d’excès d’eau a perturbé l’écosystème oasien et a engendré des problèmes environnementaux nuisibles notamment pour l’agriculture (salinité des sols,  dégradation des palmeraies par asphyxie, etc…).

Des endroits de Ouargla subissent depuis plusieurs années les conséquences néfastes de la remontée des nappes phréatiques.

Les sables de surface du quaternaire renferment la nappe phréatique de l’Oued M’ya. La nappe est présentée à l’échelle de la région à des profondeurs proches de la surface du sol. Sa frange capillaire affleure sur la surface du sol sous forme des chotts, qui se trouvent dans la ville de Ouargla. Cette nappe se localise dans les accumulations alluvionnaires.

L’alimentation de la nappe s’effectue sous la ville et sous les palmeraies de Ouargla et de N’goussa, par les eaux d’irrigations et les eaux usées. Cette alimentation se fait à travers les couches de sable du Mio-pliocène qui forme des falaises à l’Ouest de la ville de Ouargla [8].

L’objectif de ce travail est d’étudier le chimisme des eaux afin de déterminer l’influence de la lithologie sur la composition minéralogique de ces eaux et ainsi le cas contraire par interaction eau / roche.

La  zone d’étude englobe la cuvette de Ouargla qui présente une superficie totale de 95000 ha qui s’étale sur une longueur de 55 km Sud-Ouest et Nord-Est (Fig.1). Elle est limitée au Nord par Sebkhet Safioune, à l'est par les ergs de Touil et Arifdji, au sud par les dunes de Sedrata et à l’ouest par la dorsale de M'Zab.

A la fin du Pliocène, une phase tectonique intervient, flexurant et faillant la bordure de la cuvette de Ouargla, vont pendant le quaternaire, s'écouler les oueds : M'ya, Igharghar et Righ; et se former les grandes dunes de l'Erg oriental.

 

 

Télécharger l'article