September 2016
S M T W T F S
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30

 LA FLORE DE SUCCESSION DES PERIMETRES AGRICOLES ABANDONNES DANS LA  REGION DE OUARGLA, COMPOSITION ET STRUCTURE.

Par

Keltoum BENBRAHIM ; Date d’inscription 2009/2010 ; Directeur de la thèse :

M. CHELLOUFI Hamid ; Laboratoire de protection des écosystèmes arides et semi-arides, Université de Ouargla ; Email : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

Résumé :

Le secteur agricole dans les régions sahariennes a connu des mutations importantes ces dernières années par entre autres l’introduction de la céréaliculture dans ces espaces visant à atténuer le déficit devenu problématique pour l’Etat Algérien puisqu’il s’agit de produits de composant l’essentiel si ce n’est la base de la nourriture des populations.

C’est la raison pour laquelle, les pouvoirs publics à travers les expériences vécues et observée de par le monde ont jeté leur dévolu sur les régions sahariennes par une décision d’importance et d’enjeu multiforme en l’avènement de la céréaliculture sous pivot et cette option a eu une importante adhésion puisque c’est pas moins de 44 centres pivots couvrant environ 2167 ha rien que dans la wilaya de Ouargla ont été mis en culture durant les campagnes 1986/1987.

Il est à noter que l’installation de ces pivots s’est fait principalement sur les zones de parcours dont le choix a été surtout dicté par la présence de la végétation naturelle dans ces zones initialement destinés comme zones de parcours avec comme effet inévitable des contraintes notamment agronomiques dont la levée demeure jusqu’à aujourd’hui et comme conséquence une graduelle régression  de la superficie céréalière de plus 1600 ha dix années plus tard  d’où l’abandon de ces périmètres (dans la plupart des cas) ou un changement de l’activité.

Concernant l’abandon et pour la seule région de Ouargla hormis les pivots de Gassi Touil et Faydjet El Baguel (couvrant 2040 ha de terre agricole abandonnée) d’où on a noté 40 centres pivots abandonnés et plus de 150 exploitation agricole abandonnées (dénombrement réalisé en 2008), Donc la principale question qui se pose : quelle devenir pour ces aires ?

 

Sachant d’une part que le couvert végétal (flore) est le seul indicateur du niveau de perturbation de ces milieux (agro-système), et que dans les travaux réalisés dans la région de Ouargla ont signalé l’importance de la flore introduite au dépend d’une flore spontanée plus adaptée.

Ainsi,  ce travail s’articule sur des caractérisations de cette flore de succession après abandon tout en expliquant les processus de succession par la notion de flore introduite et flore spontanée à travers des Sorties sur terrain et inventaire des exploitations abandonnées, Caractérisation des exploitations abandonnées : age d’abandon, cultures pratiquées (précédent cultural,…), Choix des exploitations et délimitation des parcelles  d’échantillonnage pour la réalisation des études floristiques. Pour arriver  à une caractérisation de la banque de graine du sol, la caractérisation de la flore de succession  en fonction de l’age d’abandon et faire une caractérisation de la flore de succession en fonction des cultures pratiquées.

 Les résultats obtenus nous orienteront peu être à élaborer un diagnostic exhaustif  de ces écosystème modifiés (zones perturbées) et la possibilité de mettre en place un plan de restauration. Ainsi que mettre en place des mesures de protection et préservation de notre écosystème saharien ne serais ce que pour les quelques hectares de parcours qui sont restés à l’état naturel.

Mots-clés : Régions sahariennes, zones de parcours, Ecosystème, Flore spontanée, flore introduite, Pivot abandonné, Actions anthropiques.

 

 

 

Appel à communication