July 2016
S M T W T F S
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31

 UNIVERSITE KASDI MERBAH OUARGLA

FACULTE DES SCIENCES DE LA NATEURE ET DE LA  VIE ET DES SCIENCES DE LA TERRE ET DE l'UNIVERS

Caractérisation de l’adaptation à la sécheresse des espèces spontanées vivaces du Saharaseptentrional algérien.

HOUARI  Kahina   Dalila

Email: This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ,

Directeur de thèse : Pr CHEHMA A.

Laboratoire de bio-ressources sahariennes : Préservation et valorisation

 

 

 

INTRODUCTION

 Le Sahara, qui est le plus grand des déserts, est caractérisé par des conditions édapho-climatiques très contraignantes à la survie spontanée des êtres vivants. Néanmoins, cet écosystème reste un milieu vivant pourvu d’un couvert végétal particulier, adapté aux conditions désertiques les plus rudes, caractérisées par de fortes chaleurs et des pluviométries faibles et qui constitue les différents parcours camelins sahariens. (CHEHMA, 2005).

PROBLEMATIQUE

L’importance de la végétation des zones arides est en fonction directe de la quantité d’eau disponible. Le problème d’adaptation au climat désertique est donc en premier lieu celui de la subsistance pendant ces longues périodes sèches. Cette fin unique est obtenue par des moyens extrêmement variés [1].

 En effet, une partie des plantes raccourcissent leur cycle de développement de manière à supprimer toutes leurs parties aériennes pendant la période de sécheresse, qu’elles traversent alors, soit sous forme de graines, soit sous forme d’organes souterrains tels que bulbes et rhizomes. D’autres au contraire maintiennent leurs parties aériennes mais présentant un ensemble de dispositifs anatomiques qui ont pour effet de leur assurer une meilleure alimentation en eau et de diminuer leurs pertes par évaporation.

A partir de tout cela,  une bonne connaissance des caractéristiques d'adaptation contribuera fortement à la compréhension des exigences de ce couvert floristique permanant et par là, donner la connaissance nécessaire pour tout programme d'aménagement et de prolifération de cette ressource végétale.

Notre travail consiste à avoir une idée sur les mécanismes d'adaptation  des principales plantes vivaces

 

 OBJECTIFS

 Déterminer le comportement des espèces sahariennes (prélèvement, mouvement et accumulation des éléments minéraux) en relation avec les disponibilités si pauvres des sols.

Expliquer les mécanismes d’adaptation Anatomique et Morphologique qui permettent à ces espèces de subsister à des périodes de sécheresse très prolongées.

MATERIEL ET METHODES

ECHANTILLONNAGE : des principales espèces végétales  spontanées vivaces. Ces dernières ont été récoltées dans les différentes  formations géomorphologiques,  puits ont subies  des analyses morphologique par des mesures biométriques (nanisme, formes des touffes, réduction de la surface foliaire, aphyllie…), Coupes anatomique pour déterminer entre autre, ouverture et fermeture de stomates, leur nombre, type de parenchyme homogène ou hétérogène qui explique la voie synthétique par des analyses biométriques Enfin physiologique à savoir l’absorption de quelques éléments appropriés aux espèces sahariennes. En relation avec leur disponibilité dans le sol.

RESULTATS PRELIMINAIRES :

Parmi les premiers  résultats obtenus: Les coupes faites au niveau des feuilles ou des rameaux  de dix espèces appartenant à 9 familles  végétales récoltées dans la région de Ouargla, montrent que la structure du parenchyme assimilateur est variable. Ces observations sont confirmées par les travaux de   [5].

 Selon  [6]et [7]  les espèces  dont le parenchyme assimilateur est composé de  cellules  allongées semblables, optent pour la voie photosynthétique de type C3, celles dont le parenchyme assimilateur est organisé en deux  assises (la plus enregistrée), une à cellules allongées et une à cellules cubiques, pour la voie photosynthétique de type  C4.

Le fonctionnement photosynthétique des plantes en C4 semble être une bonne adaptation à la sécheresse. Cela accentue l'adaptation à un  environnement chaud et sec. D’après [10], la fonction  de cette assise  consiste en une diminution de la transpiration. La translocation de l'eau des couches cellulaires internes vers l'épiderme est empêchée de cette manière, réduisant ainsi les pertes d'eau. La pluri stratification de l'épiderme et les poils permettent une protection plus importante  du parenchyme assimilateur et des stomates : ces derniers se localisent  dans les profondes chambres  et ne sont plus exposés  directement au soleil [11]. .

CONCLUSION ET PERSPECTIVES

 La préservation et l’utilisation rationnelle des ressources naturelles du milieu saharien, imposent une connaissance assez profonde des composantes de ce milieu fragile . En effet, Les plantes spontanées utilisent divers mécanismes d’adaptation pour la stabilisation de leur mode de vie dans la région saharienne. La végétation permanente des zones arides, pour parvenir à subsister dans cet environnement particulièrement hostile, à conçu plusieurs mécanismes d’adaptation du point de vue morphologique, anatomique et physiologique qu’il serait intéressant de déterminer en relation avec les conditions édapho-climatiques du milieu. 

Après 4 inscriptions nous avons pu avoir quelques résultats que nous avons préparé pour une éventuelle publication  intitulé: Étude de quelques paramètres d’adaptation anatomique des  principales plantes vivaces spontanées dans la Région de Ouargla.  Comme  nous  avons  encadré 8 thèmes de fin d’étude .  Au terme de cette 4ème année, nous jugeons que  des stages  sont indispensables pour  acquérir plus d’informations  et réaliser des manipulations que le manque de moyens nous ont empêché de  terminer    

Références bibliographiques

1Chehma A., 2005 - Etude floristique et nutritive des parcours camelins du sahara septentrional algerien cas des regions de Ouargla et Ghardaia. Thèse de Doct. Anaba, 178 p.

2. Smail-Saadoun N.Réponse adaptative de l’anatomie des Chénopodiacées du Sahara algérien à des conditions de vie d’aridité extrême. Sécheresse, 2005 ;vol.16 n2.

3. Fahn A, Brido S.The primary Vascularization of the stems and leaves of the genera Salsola and suaeda (Chenopodiaceae). Phytomorphology 1963; 13:156- 65.

4Ting  IP. Physiological adaptation to water stress in desert plant. In: Vernberg FJ, Ed. Physiological adaptation to the environment. New York: Intext Educational Publishers, 1975: pp 99-109.

5. . Depuit  DJ. Photosynthesis and respiration of plant in the arid ecosystem. Cambridge  University Press, 1978; 509-36.

 6. . Lysthed O B. Structure of epidermal and sub-epidermal cells of some desert plants of Israel. Israel J Bot 1977; 26: 1-10.

7. Hopkins WG . Physiologie végétale. Ed américaine par serge Ramlour, 2003: p150.

 

 

 

 

 

 

 

Appel à communication