May 2016
S M T W T F S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31

 

 

VARIATION DU REGIME ALIMENTAIRE DES MALES ET DES FEMELLES DE SCHISTOCERCA GREGARIA (ACRIDIDAE, CYRTACANTACRIDINAE) DANS LE SAHARA CENTRALE D’ALGERIE

 

Yasmina KHERBOUCHE1, Makhlouf SEKOUR1 & Bahia DOUMANDJI-MITICHE2

1Département des sciences agronomiques, Univ. Ouargla

2 Département de zoologie agricole et forrestière, ENSA, El Harrach

 

 

 

RÉSUMÉ : Suite à l’invasion du Criquet pèlerin qu’a connue l’Algérie en février 2004 et aux recrudescences qui l’ont suivie, nous avons jugé utile d’effectuer une étude du régime alimentaire de cette espèce dans différentes régions du Sahara algérien. L’étude du régime alimentaire est réalisée dans deux stations Boudda et Baâmar situées à Adrar (0° 11’E.; 27° 49’N.) à 1543 km au sud d’Alger. Le choix de la région est justifié par les manifestations permanentes de cette espèce due à la présence des pivots. Dans la station de Boudda (une palmeraie située à 20 km de la ville d’Adrar), nous avons noté la présence de cinq espèces végétales identifiées dans les fèces des mâles (n = 15) et des femelles (n = 10). Phoenix dactylifera est l’espèce la plus appréciée avec (62,86 %) chez les mâles et chez les femelles (62,05 %). La deuxième espèce consommée est Arundo plinii (Poaceae) avec un taux de 27,14 % pour les mâles et de 32,55 % pour les femelles. Les espèces Arachis hypogea (Fabaceae), Mentha specata (Labiae) et Punica granatum (Punicaceae) sont peu consommées. Dans la station de Baâmar (micro-parcelle à vocation maraîchère et céréalière située à 45 km au Sud-Est de la ville d’Adrar), six espèces végétales sont identifiées dans les fèces des femelles (n = 14) et quatre dans celles des mâles (n = 15). Les espèces végétales les plus consommées chez les femelles sont Arundo donax avec 57,18 %, Solsola vermiculata (Chenopodiaceae) avec 12,94 % et Lycopersicum esculentum (Solanaceae) avec 11,93 %. Par contre chez les mâles, Arundo donax occupe la première place du spectre alimentaire (83,53 %). Il est suivi par Solsola vermiculata (8,42 %) et Phoenix dactylifera (7,62 %).


MOTS CLÉS :Criquet pèlerin, mâles, femelles, régime alimentaire, oasis algériennes.

 

ABSTRACT : Following the invasion of the Locust pilgrim which Algeria in February 2004 and with the recrudescences knew which followed it, we considered to be useful to carry out a study of the food mode of this species in various areas of the Algerian Sahara. The study of the food mode is carried out in two stations Boudda and Baâmar located at Adrar (0° 11 ‘ E.; 27° 49 ‘ NR.) to 1543 km in the south of Algiers. The choice of the area is justified by the permanent demonstrations of this species due to the presence of the pivots. In the station of Boudda (a palm plantation located at 20 km of the town of Adrar), we noted the presence of five plant species identified in deposit of the males (N = 15) and of the females (N = 10). Phoenix dactylifera is the species most appreciated with (62.86%) in the males and the females (62.05%). The second consumed species is Arundo plinii (Poaceae) with a rate of 27.14% for the males and 32.55% for the females. The species Arachis ypogeal (Fabaceae), Mentha specata (Labiae) and Punica granatum (Punicaceae) are consumed little. In the station of Baâmar (microphone-piece with market-gardening and cereal vocation located at 45 km in the South-east of the town of Adrar), six plant species are identified in deposit from the females (N = 14) and four in those of the males (N = 15). The plant species most consumed in the females are Arundo donax with 57.18%, Solsola vermiculata (Chenopodiaceae) with 12.94% and Lycopersicum esculentum (Solanaceae) with 11.93%. On the other hand in the males, Arundo donax occupies the first place of the food spectrum (83.53%). It is followed by Solsola vermiculata (8.42%) and Phoenix dactylifera (7.62%).


KEYWORDS: Locust pilgrim, males, females, food mode, Algerian oases

 

1. INTRODUCTION

    La croissance sans cesse de la population mondiale demande à l’agriculture des quantités d’alimentation, de plus en plus grandes. Dans beaucoup de régions d’Afrique et d’Asie notamment, la sécurité alimentaire repose essentiellement sur la protection des cultures. Ces dernières font l’objet d’attaques endémiques par les acridiens, en l’occurrence les sauteriaux et les locustes, qui sont bien connus pour leur capacité à envahir les champs par myriades et à dévaster les cultures sur leurs passages (Saizonou 2000). Parmi ces locustes, le Criquet pèlerin Schistocerca gregaria (Forskâl, 1775) est généralement perçu comme le fléau acridien apocalyptique par excellence. Lorsqu’il apparaît sous sa forme grégaire, on peut parler de catastrophe écologique mobile. Les pays envahis au cours de la progression des essaims peuvent subir de graves préjudices (F.A.O. 1969). Le criquet pèlerin, est une espèce migratrice dont les ravages s’étendent à la majorité des pays arides et semi-arides de la côte occidentale de l’Afrique à l’Inde (Duranton et Lecoq 1990). L’Afrique du Nord constitue pour cette espèce un habitat temporaire où ses vols viennent s’abattre en période d’invasion, après un parcours de plusieurs milliers de kilomètres. Le Sahara algérien fait partie des zones de dispersion et de reproduction de ce criquet aussi bien en période de rémission qu’en période d’invasion (Popov et al. 1991).

Cet acridien a attiré notre attention pour une étude bioècologique et entre autre pour l’étude des indices morphométriques qui nous permettent de préciser le statut phasaire des insectes collectés et le régime alimentaire de ces derniers. C’est dans ce cadre et suite à l’invasion qu’a connue l’Algérie en février 2004 et aux recrudescences qui l’ont suivie, que nous avons effectué ce travail dans différentes régions du Sahara algérien.

 

2. PRÉSENTATION DE LA RÉGION D’ÉTUDE

    La région d’Adrar se situe dans le Sahara central au Sud-Ouest d’Alger (0° 11’ E. ; 27° 49’ N.) (Fig. 1). Elle est distante d’environ 1.543 km de la capitale sur une altitude de 279 m. Cette région couvre une superficie de 427.971 km2 soit 19.97 % du territoire national (Dubost, 2002). La Wilaya d’Adrar est composée de 28 communes regroupées en 11 dairates, Adrar, Fenoughil, Aoulef, Reggane, Timimoun, Zaouiet Kounta, Tsabit, Aougrout, Charouine, Timerkouk, et Bordj Badji-Moukhtar. D’un point de vue géographique, cette wilaya comprend trois principales régions qui sont : Le Gourara, le Touat et le Tidikelt d’Aoulef. Notre travail s’est déroulé dans la ville d’Adrar qui est la plus importante du Touat. Cette dernière est limitée au Nord par le Gourara et le Grand Erg occidental, au Sud par le plateau Tanezrouft, à l’Est par le plateau de Tademait, véritable hamada, et par l’Erg Chech à l’Ouest (Dubost, 2002).

 

Télécharger l'article

   

 

 

Appel à communication