July 2016
S M T W T F S
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31

Statuts de protection et de conservation

des oiseaux rECENSÉS dans les Aurès

et ses alentours (nord-est Algérien)

 

Protection and conservation statuses of birds censed in Aures and surroundings areas (North-eastern Algeria)

 

 

Haroun CHENCHOUNI

Département des Sciences Biologiques.  Faculté des Sciences.  Université El Hadj Lakhdar.  Batna 05000.  Algérie.

Département de Biologie.  Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie, et Sciences de la Terre et de l’Univers.  Université Kasdi Merbah.  Ouargla 30000.  Algérie.

Email : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

 

 

RÉSUMÉ : La protection des oiseaux est l’une des disciplines que l'action juridique internationale a donné une grande importance à travers les différentes conventions, accords et traités multilatéraux.  Cet article met en évidence le statut de protection et l’état de conservation du peuplement aviaire recensé dans la région des Aurès (Nord-est algérien) par rapport au système juridique public national et international.  Nous avons établi une mise à jour de l’inventaire systématique des oiseaux des Aurès avec le statut de protection à l’échelle nationale et internationale pour chacune des espèces recensées suivant les textes juridiques algériens, jointes à la liste rouge de l’UICN, la convention de Washington (CITES), la convention de Bonn, l’Accord AEWA, la convention de Barcelone, la convention d’Alger et la convention de Berne.  Nous avons également signalé les zones importantes pour la conservation des oiseaux “ZICO” dans cette région qui abrite 207 espèces aviaires (20 ordres, 50 familles et 123 genres différents) ayant globalement une situation de conservation non-préoccupante.  Par ailleurs le statut de conservation de toutes les espèces reste à ce jour méconnu au niveau national et local puisque aucune évaluation ne s’est faite pour définir ces statuts.  En outre, plusieurs espèces se trouvent dans une situation de conservation précaire à l’image des contraintes naturelles et des pressions humaines qui ne font qu'aggraver la situation.  Les principales menaces et facteurs de dégradation qui pèsent sur l’avifaune notamment sur les espèces menacées sont discutés dans cet article qui propose également des perspectives pour les remédier.


MOTS-CLES : Aurès, Conservation, Inventaire taxonomique, Mise à jour, Oiseaux, Statut de protection, ZICO.

 

ABSTRACT: The protection of birds is a discipline that international law action has given a great importance through the various conventions, agreements and multilateral treaties.  This article highlights protection status and conservation state of bird population recorded in Aures region (North-eastern Algeria) according to national and international law system.  We have created an updated systematic inventory of the Aures birds with protection status, at the national and international levels, for each species recorded along appendixes of: Algerian legal texts, IUCN Red List, Washington Convention (CITES), Bonn Convention, AEWA Agreement, Barcelona Convention, Algiers Convention and Berne Convention.  We also noted Important Bird Areas "IBA" in the region that holds 207 bird species (20 orders, 50 families and 123 genera) which have a non-concern as global conservation status.  Although the conservation status of all species is so far unknown to the national and local level because no assessment was made to define these statutes. In addition, several species are in a precarious conservation status in the image of natural and human pressures that aggravate the situation.  The main causes of deterioration and threats facing the birds including endangered species are discussed in this article which also offers prospects for remedy.


KEYWORDS: Algeria, Aures, Birds, Conservation, IBA, Protection Status, Taxonomic Inventory, Update.

 

 

1. Introduction

     La région des Aurès rassemble la chaine montagneuse de l’Est algérien appartenant à l’Atlas Saharien et séparant les hautes plaines constantinoises du Sahara (Benabderrahmane, 2007). Cette zone s’étend principalement sur les territoires des wilayas de : Batna au Nord, Oum El Bouaghi au Nord-est, Khenchela au Sud-est et Biskra au Sud (Mitard, 1941). Elle est caractérisée par une multitude de paysages et une grande variété d’écosystèmes allant de l’étage bioclimatique humide à l’aride (Stewart, 1969).  En effet, une diversité confondante de climats, de sols, de reliefs et de formations végétales se substituent du Nord au Sud de la région ; commençant des cédraies pures et denses de hautes altitudes au Belezma, passant par des garrigues de Yeuseraie et de Pineraie, et arrivant aux oasis de vallée à la porte du Sahara à Ghoufi, M’Chouneche et à El-Kantara ; tout en traversant aussi les champs de cultures et les steppes pré-désertiques des Hauts-Plateaux.  

Les premières données sur le peuplement avien de l’Algérie ont été publiées par Heim De Balsac (1924), Heim De Balsac (1936), Heim De Balsac & Mayaud (1962), Etchecopar & Hüe (1964), Dupuy (1969) etc. Des données actualisées ont ensuite été présentées pour l'Algérie par Blondel, (1979), Ledant et al. (1981), Isenmann & Moali (2000), Samraoui & Samraoui (2008). 

La faune de la région des Aurès a fait l'objet de plusieurs travaux consacrés à l’étude de la dynamique de certaines populations biocénotiques (Laamari, 1986 ; Athmani, 1988 ; Laamari, 1991 ; Si Bachir, 1991 ; Chirio & Blanc, 1997 ; Ghenai, 2005 ; Chenchouni, 2007).  Toutefois, rares sont celles consacrées en exclusivité à l’étude de l’avifaune où le premier travail revient à Dixon (1882) ensuite viennent les travaux de Le Berre & Rostan, 1976 ; Si Bachir et al., 1992 ; Benmessaouda, 1992 ; Ait Yahia, 1993 ; Nedjahi, 1993 ; Chown & Linsley, 1994 ; Ladjel, 1995 ; Saheb, 2003 ; Djerdali, 2005 ; Bechim & Bacha, 2005 ; Righi et al., 2006 ; Chenchouni et al., 2007.  Par ailleurs, cette bibliographie reste fragmentaire, lacunaire notamment avec l’absence d’études de synthèse ou de mise à jour sur l’état de conservation et de protection de ce peuplement riche et varié, à l'image de la diversité des écosystèmes qu'il colonise.

La protection pour l’avifaune en Algérie est relativement récente puisque le premier texte relatif à la protection des espèces animales non-domestiques protégées date du 20 août 1983.  Cette mesure fut renforcée par la suite, notamment avec l’arrêté relatif à l'exercice de la chasse pour la saison 1990-1991, l’arrêté du 17 janvier 1995 relatif aux espèces animales non-domestiques protégées en Algérie, la loi n° 04-07 relative à la Chasse au 01 août 2004 (Belhamra, 2005).  

Cette étude de synthèse se place dans le cadre de la mise à jour et de l’enrichissement des connaissances sur la diversité aviaire qu’abrite la région des Aurès. C’est également une base de données concernant la systématique, la dénomination, le statut de protection de toutes les espèces signalées dans cette région. Elle cherche également à mettre en évidence la part des traités et des lois nationaux et internationaux dans la conservation des oiseaux à l’échelle nationale et régionale. En outre, les majeurs facteurs de menace et de pression pesant sur les oiseaux sont passés en revue dans cette synthèse.

 

2. MÉTHODE D'ÉTUDE

2.1. Présentation de la région d’étude

  Notre travail concerne la région du Nord-est algérien se trouvant approximativement dans la fourchette des coordonnées géographiques suivantes : 34°70’N à 36°20’N et 4°80’E à 7°60’E (Fig. 1).  Elle est alimentée par 03 bassins versants : les hauts plateaux constantinois, le Chott Melghir et le Chott El-Hodna qui sont subdivisés en 10 sous-bassins versants. Plus de 38 zones humides sont décrites dans la région (Bechim & Bacha, 2005 ; Si Bachir & Chenchouni, 2007).  Le climat n'y est pas uniforme ; sur une période de 32 années (1974-2006), le mois le plus froid est janvier avec des minimas moyens variant entre 3,1°C à Khenchela, 5,3°C à Batna et 7,5°C à Biskra.  Le mois le plus chaud à Khenchela et à Batna coïncide avec le mois de juillet avec, respectivement, 24,6 et 25,0°C. Août est le mois le plus chaud à Biskra avec 28,4°C. Les précipitations, aussi irrégulières, variant entre 143,4 à 437,3 mm par an.  Ce qui offre à notre zone d’étude une diversité d’étages bioclimatiques allant de l’humide froid au désertique frais en passant par le sub-humide froid, le semi-aride frais et l’aride frais.

 


 

2.2. Description des principales unités écologiques de la région des Aurès

 

2.2.1. Domaine montagnard et forestier

 

      Les chaines montagneuses des Aurès et de Belezma (culminant à 2.326 m au Djebel Chélia dans les monts des Aurès et à 2.300 m au Dj. Thichaou aux monts de Belezma) forment une zone de transition avec le Sahara (Mitard, 1941), mais qui sont encore rapportées, climatiquement, aux Hauts-Plateaux semi-arides (Le Houérou et al., 1977).  Ces chaînons sont couverts de végétations rupicoles et forestières plus ou moins dégradées allant de cédraies à Cedrus atlantica plus ou moins denses et/ou mixtes à la forêt claire de Pin d'Alep (Pinus halepensis) ou de Chêne vert (Quercus ilex) jusqu'aux garrigues très clairsemées avec Genévrier de Phénicie (Juniperus phoenicea) là où règne l'Alfa (Stipa tenacissima) (Benmessaouda, 1992 ; DPAT, 2007).

 

2.2.2. Domaine des zones humides

 

     La région des Aurès comporte 38 zones humides de typologies très variées (Marres, Chotts, Sebkhas, Ripisylves, Barrages, retenues collinaires,...) et qui peuvent êtres naturelles, artificielles où l’eau est permanente ou temporaire, douce, saumâtre ou salée (Bechim & Bacha, 2005). Elles couvrent une superficie totale d’environ 1.212.455 ha et comprennent 11 sites classés Ramsar (Si Bachir & Chenchouni, 2007) (03 sites sont classés en 2009). Ces milieux-là abritent un peuplement avien aussi diversifié qu’abondant avec 70 espèces d’oiseaux d’eau (Bechim & Bacha, 2005 ; Chenchouni et al. 2008 ; Samraoui & Samraoui, 2008).

 

2.2.3. Domaine steppique

      Les steppes sont situées généralement aux étages bioclimatiques semi-arides et arides. Quelles soient à Armoise blanche (Artemisia herba alba) ou à Alfa (Stipa tenacissima) ; elles sont le lieu propice de l'élevage ovin et caprin (Le Houérou et al., 1977). À ces types de formations végétales clairsemées et saisonnières s’ajoutent des steppes à halophytes du genre Arthrocnemum, Atriplex, Salicornia, Salsola et Suaeda ; situées aux alentours des chotts et des sebkhas.

 

2.2.4. Domaine des grandes cultures

 

      La région est connue aussi par des activités agricoles dans le domaine de la céréaliculture. En effet, de vastes terrains dans les Hauts-Plateaux sont utilisés pour la culture du blé dur, d’orge et d’avoine. Ces derniers constituent des milieux d’alimentation à une large gamme d’oiseaux granivores.

 

2.2.5. Domaines des oasis de vallées

 

      Les oasis de vallées à Palmier dattier (Phoenix dactylifera) sont rencontrées tout le long d’Oued Labiod commençant de Tighanimine jusqu’au Barrage de Foum El Gharsa après M’chouneche (Biskra).  Ce type de culture épouse et suit intimement les déviations des berges de la vallée et constitue le refuge d’une avifaune à caractère pré-désertique mais ayant une diversité impressionnante.

 

2.3. Collecte et exploitation des données

 

  Les résultats que nous présentons ci-dessous sont obtenus grâce à une synthèse fondée sur des observations personnelles effectuées dans différentes localités de la région d’étude (Chenchouni et al., 2007), notamment dans le parc national de Belezma (Righi et al., 2006) et les zones humides du Sud-constantinois faisant partie de la région des Aurès (Si Bachir & Chenchouni, 2007). Des travaux de thèses et de mémoires de fin d’étude et des rapports techniques réalisés sur les oiseaux de la région sont également passés en revue pour compléter et mettre à jour l’inventaire global des oiseaux (Le Berre & Rostan, 1976 ; Athmani, 1988 ; Laamari, 1991 ; Si Bachir, 1991 ; Benmessaouda, 1992 ; Si Bachir et al., 1992 ; Ait Yahia, 1993 ; Nedjahi, 1993 ; Chown & Linsley, 1994 ; Ladjel, 1995 ; Saheb, 2003 ; Bechim & Bacha, 2005 ; Djerdali, 2005 ; Ghenai, 2005 ; Chenchouni, 2007). 

 

Pour chacune des espèces aviaires recensées, nous avons rapporté sa classification complète (ordre, famille et espèce) selon Sibley & Monroe (1990) et Monroe & Sibley (1997) ; sa dénomination (nom français, nom anglais) d'après Devillers et al. (1993), Isenmann & Moali (2000). Quant à son statut de protection, nous nous sommes basés sur la liste des espèces protégées par le décret 83-509 du 20 août 1983 et l’arrêté du 17 janvier 1995 relatif aux espèces animales non-domestiques protégées en Algérie pour la protection à l’échelle nationale ; alors qu’au niveau international, nous nous sommes référés aux listes et aux annexes des différentes conventions et traités (Annexe 2) à savoir : la liste rouge de l’UICN (Hilton-Taylor, 2000 ; Baillie et al., 2004 ; Vié et al., 2008) ; la Convention de Washington (CITES, 1994) ;  la Convention de Bonn (Vagg, 2009) ;  l’Accord AEWA (AEWA, 2008a) ;  la Convention de Barcelone (CEC, 1999) ;  la Convention d’Alger (Tematea, 2007) et la Convention de Berne (Admin.ch., 2007).

 

Un site est désigné comme une zone importante pour la conservation des oiseaux “ZICO” s'il répond à l’un des caractères cités par Fishpool & Evans (2001) et BirdLife International (2002) :

 

– (A1) il abrite de façon régulière une espèce en péril à l’échelle mondiale ou nationale ;

 

– (A2) il accueille une espèce endémique ou ayant une aire de distribution réduite ;

 

– (A3) il abrite une communauté aviaire représentative d'un biome ;

 

– (A4) il rassemble des espèces d'oiseaux grégaires. Ce critère comprend les sous-critères définissant les sites ZICO comme suit :

 

- (A4i) accueillent ou sont présumés accueillir régulièrement 1 % ou plus de la population biogéographique d'une espèce grégaire d'oiseau d'eau ;

 

- (A4ii) accueillent ou sont présumés accueillir régulièrement 1 % ou plus de la population mondiale d'une espèce grégaire d'oiseau marin ou terrestre ;

 

- (A4iii) accueillent ou sont présumés accueillir régulièrement au moins 20.000 oiseaux d'eau, ou au moins 10.000 couples d'oiseaux de mer appartenant à une ou plusieurs espèces ;

 

- (A4iv) sont ou sont présumés être des sites couloirs où passent régulièrement, pendant la migration, des espèces migratrices dont le nombre dépasse les seuils fixés.

3. RÉSULTATS

 

3.1. Inventaire systématique et mise à jour

   La région des Aurès abrite un peuplement aviaire composé de 207 espèces réparties dans 20 ordres, 50 familles et 123 genres différents (Fig. 2 ; Annexe 1).  L’ordre des Passeriformes est le mieux représenté avec 88 espèces et 18 familles, suivi des ordres des Charadriiformes avec 29 espèces et 05 familles, puis viennent les Falconiformes avec 20 espèces et 03 familles. Les familles les plus représentées en espèces sont : les Turdidés, les Scolopacidés et les Sylviidés avec respectivement 17, 18 et 20 espèces (Annexe 1).

 

L’avifaune recensée représente plus de la moitié des oiseaux d’Algérie (406 espèces citées par Isennman & Moali, 2000). Elle couvre également plus des trois quarts des ordres décrits dans le pays (Ledant et al., 1981). Cependant, cet inventaire demeure loin d'être le plus exhaustif, vu le nombre limité de prospections réalisées jusqu’à ce jour et qui ne peuvent prétendre couvrir un territoire aussi immense et caractérisé par la difficulté d’accès outre la diversité des écosystèmes qui exige l’adoption de méthodes d’échantillonnage cohérentes à chaque biotope.

Actuellement, la région des Aurès, comme dans le reste du territoire algérien, connaît une nouvelle expansion de l’aire de répartition de certaines espèces invasives comme la Tourterelle turque (Streptopelia decaocto) (Benyacoub, 1998 ; Moali et al., 2003)et le Héron garde-bœufs (Areola ibis ibis) (Si Bachir, 2007) ; espèce nicheuse dans le nord de la région depuis seulement la fin des années 90 où elle est actuellement répartie sur la quasi-totalité des surfaces agricoles utiles "SAU" des Aurès (Ferrah, 2007 ; Si Bachir, 2007). Plus récemment, cette espèce exerce une pression compétitive sur la Cigogne blanche (Ciconia ciconia) en milieux de gagnages (Boukheteche, 2010).

 

3.2. Statut de protection

 

  Un total de 52 espèces protégées en Algérie, dont les Falconiformes et les Strigiformes prédominent avec 24 rapaces qui vivent dans la région. 94,2% des espèces recensées ont des Préoccupations mineures selon la liste rouge de l’IUCN. Seulement 05 espèces ont un statut "Vulnérable" et "En danger" alors que sept ont le statut "Quasi-menacé". En ce qui concerne les espèces protégées par la convention de Washington, 43 espèces sont notées dans ces trois annexes dont quatre espèces sont mentionnées à l’annexe I (Faucon pèlerin, Faucon de Barbarie, Outarde houbara et Courlis à bec grêle). 78 espèces sont signalées par la convention de Bonn avec une prédominance des oiseaux d’eaux (55 espèces) où quatre figurent sur annexe I (Fuligule Nyroca, Érismature à tête blanche, Courlis à bec grêle et Goéland d’Audouin). Sur la liste de l’accord AEWA, 67 oiseaux d’eau sont notés dans les Aurès. Uniquement cinq espèces d’oiseaux d’eau sont mentionnées sur l’annexe 2 de la convention de Barcelone (le Flamant rose le Balbuzard pêcheur, le Courlis à bec grêle, le Goéland d'Audouin et la Sterne naine). Pour la convention d’Alger, 40 espèces sont indexées où les oiseaux d’eau dominent sur les autres oiseaux dans la liste A et inversement dans la liste B.  Pratiquement toutes les espèces sont citées sur les annexes 2 et 3 de la convention de Berne à l’exception de cinq espèces non-retenues par cette même convention (Tableau 1).

 

Les Aurès et ses alentours renferment environ 19 sites ZICO qui répondent à au moins à un des critères des zones importantes pour la conservation des oiseaux (Annexe 3). L’analyse des milieux inventoriés révèle que les ZICO forestières (06 sites) y sont faiblement représentées par rapport aux zones humides (13 sites). Ceci revient au fait que le statut (nombres de couples, tendances,..) des oiseaux forestiers est moins bien connu, parce que plus difficile à appréhender (observation difficile dans les milieux fermés, accès difficile aux sites,...).

 

Tableau 1 : Importance numérique des oiseaux des Aurès protégés à l’échelle nationale et internationale

[Numerical importance of protected birds of Aurès region at national and international scale]

 

 

4. DISCUSSIONS

 

4.1. Statut des espèces selon la Liste rouge de l’UICN

 

  L’évaluation des menaces pesant sur les oiseaux des Aurès révèle une situation globale non préoccupante: Seulement 05 espèces sur 207 sont actuellement menacées. Celles-ci sont par ailleurs protégées nationalement (Figure 3).  Il s’agit de l’Érismature à tête blanche (Oxyura leucocephala) et le Vautour percnoptère (Neophron percnopterus) qui sont "En danger" alors que la Sarcelle marbrée (Marmaronetta angustirostris), le Courlis à bec grêle (Numenius tenuirostris) et l’Outarde houbara (Chlamydotis undulata) sont considérés "Vulnérables" (Annexe 1).  Ces statuts sont déterminés suivant cinq critères définis par l’UICN et qui reposent sur différents facteurs biologiques associés au risque d’extinction, comme la taille de la population de l’espèce, son taux de déclin, l’aire de sa répartition géographique et son degré de fragmentation (Hilton-Taylor, 2000 ; Baillie et al., 2004 ; Vié et al., 2008). 

 

Figure: Pourcentages des espèces selon les catégories de la liste rouge d’UICN (N=207) 

 

[Species Percentages gathered according to IUCN’s Red List categories (N=207)]

 

À l’exception des travaux de Dupuy (1967) et Ledant & Jacob (1982), pratiquement aucune évaluation régionale ni nationale ne s’est réalisée pour définir des statuts nationaux de conservation aux espèces inventoriées selon les critères de la liste rouge de l’UICN. Ceci aurait donné probablement une estimation plus concrète sur les menaces qui pèsent réellement sur l’avifaune algérienne ou des Aurès.

 

Les Aurès abritent certaines espèces menacées mondialement (Dupuy, 1967 ; Ledant & Jacob, 1982 ; Birdlife International, 2001 ; Birdlife International, 2004) et qui possédant des statuts de conservation très renforcées à l’échelle internationale à savoir : Le Courlis à bec grêle (van den Berg, 1988 ; Bellemy et al., 1990) ; l'Érismature à tête blanche (Heredia, 1997 ; Samraoui & Samraoui, 2008 ; Houhamdi et al., 2009) ; la Sarcelle marbrée (Samraoui & Samraoui, 2008) ; le Goéland d'Audouin (Heredia, 1997) ; l’Outarde Houbara (De Smet, 1989 ; Heredia, 1997 ; Belhamara & Abbas, 2003 ; Azafzaf et al., 2005) ; la Spatule blanche (AEWA, 2008b) ; le Faucon pèlerin (Brosset, 1986). Théoriquement, l’abondance de ce genre d’espèces, ayant été signalées par un nombre élevé de conventions et de traités internationaux relatifs à la protection des oiseaux, reflète une situation globale préoccupante de conservation de l’avifaune dans cette région. Par conséquent, la situation non-préoccupante pour les oiseaux des Aurès est déduite à partir de ce critère où l’importance des espèces hautement protégées au niveau international est faible. Par ailleurs, le nombre de ces espèces est négativement corrélé (Pearson : r = -0,49) avec le nombre de traités internationaux de protection (Figure 4). Toutefois, il existe certaines espèces qui ne font pas partie de la catégorie des espèces menacées mondialement, mais qui sont fortement en déclin à l’échelle nationale et/ou régionale.

 

Nonobstant cette situation non-préoccupante, différents exemples montrent que les efforts de conservation peuvent porter leurs fruits. Les actions de protection des zones humides en site Ramsar pourraient améliorer relativement la situation de plusieurs oiseaux d’eau notamment pour le flamant rose qui a réussi de nicher en 2006 pour la première fois en Algérie à Sebkha Ezzemoul (Samraoui et al., 2006) après des tentatives avortées (Saheb et al., 2006). Toutefois, la poursuite de la mobilisation des réseaux associatifs et le renforcement de l’action publique seront essentiels si l’on souhaite éviter de voir à l’avenir disparaître des espèces de l’avifaune algérienne.

4.2. Les Zones Importantes pour la Conservation des Oiseaux “ZICO”

La prise de conscience qu’il faut protéger les oiseaux est un phénomène ancien qui fut né pour lutter contre la disparition des espèces et pallier à leurs menaces dans une stratégie de conservation (Bowman, 1999a ; 1999b). En Algérie, la réglementation et les textes législatifs constituent le noyau fonctionnel pour la protection des ressources naturelles et des oiseaux en particulier (Belhamra, 2005). Ceci est mieux concrétisé par la protection des habitats où vivent ces oiseaux comme la création des parcs nationaux et de réserves naturelles (De Smet, 1984 ; DGF, 2006). Ces mesures furent suivies par des ratifications à des accords et des conventions multinationaux (Annexe 2). Ainsi qu’il est important de signaler que la région des Aurès abrite le parc national de Belezma ; aire protégée de 26.250 ha proposé pour une Réserve de Biosphère MAB “Man And Biosphere” de l’UNESCO, qui abrite à elle-seule, 108 espèces aviaires (Ghenai, 2005 ; Righi et al., 2006), ce qui représente 52,2% de l’avifaune des Aurès (Chenchouni et al., 2007). Avec plus de 40% d’espèces protégées nationalement, il est le premier Parc national à abriter à lui-seul 24 rapaces protégés au niveau national ainsi qu’à l’échelle internationale (DGF, 2006 ; Chenchouni et al., 2006). D’autre part, la position stratégique des Aurès s’ajoute à la situation géographique de l’Algérie en l’Afrique du Nord pour que plusieurs localités des Aurès furent considérées comme des zones de grand intérêt pour la conservation des oiseaux notamment les migrateurs (Ledant et al., 1985).  En effet, plusieurs auteurs ont mis en évidence l’importance des zones humides algériennes pour l’accueil et la conservation des oiseaux d’eau (Ledant & Van Dijk, 1977 ; Van Dijk & Ledant, 1983 ; Samraoui & Samraoui, 2008). Actuellement, il y a plus de conscience que la diminution des zones humides nuit à l'abondance des populations d’oiseaux d’eau d’où l’utilité des programmes de surveillance (Samraoui & Samraoui, 2008). Les forêts constituent également un siège pour une diversité élevée en ornithofaune (Gil-Tena et al. 2007 ; Lescourret & Genard, 1994) ; elles contribuent ainsi à son maintien et sa conservation (Blake & Karr, 1984). En effet, plusieurs sont les forêts dans les Aurès qui appréhendent un peuplement riche tant en oiseaux sédentaires qu’avec des migrateurs hivernants et/ou estivants (Athmani, 1988 ; Laamari, 1991 ; Ait Yahia, 1993 ; Benmessaouda, 1992 ; Farhi et al. 2005 ; Ghenai, 2005).  Malheureusement, ces écosystèmes sont souvent soumis à des dégradations humaines (Le Houerou, 1980) et naturelles (Allen et al. 2010).

 

4.3. Constat général sur l’application des textes législatifs protégeant les oiseaux

Depuis le décret 83-509 en 1983, l’Algérie liste quelques espèces, généralement des oiseaux de grandes tailles (non-passereaux) pour les protéger. En 1995, un arrêté protège tous les rapaces diurnes et nocturnes avec d’autres espèces. Nonobstant ces mesures, la protection des oiseaux et/ou de la faune est mal assurée car les lois sont peu appliquées sur le terrain. En outre cette protection ne concerne que certaines espèces, alors que le statut national de protection des espèces protégées n’est pas mis à jours ni par ailleurs est fondé depuis sa création sur des bases scientifiques solides. Pour certaines espèces aujourd’hui protégées, l’estimation de leurs effectifs reste à ce jour méconnu.

Malgré la raideur de la politique internationale de conservation des oiseaux migrateurs et en danger, les menaces qui pèsent sur de nombreuses espèces persistent toujours (Boardman, 2006). La réalité de conservation sur le terrain montre que même si les oiseaux sont protégés par les traités internationaux, par la législation nationale et à travers les projets d'organisations non-gouvernementales, l’avifaune est sujette à de nombreuses menaces et facteurs, souvent humains, qui la dégradent, et ce parfois dans des aires protégées. Ces menaces proviennent souvent des pratiques agricoles et forestières écologiquement inappropriées, de l'extension des villes et de l'assèchement des zones humides.   

 

4.4. Identification des menaces actuelles

   Les oiseaux sont confrontés à d’importantes menaces. La chasse, l’intensification des pratiques agricoles et la régression des milieux naturels ont entraîné le déclin de nombreuses espèces. Certains rapaces sont aujourd’hui victimes d’élevage et de tirs au fusil, bien que leur protection réglementaire soit renfoncée. Certains d’autres sont menacés par la raréfaction de leurs proies naturelles et par l’électrocution sur les lignes haute-tension. 

En Algérie, la pratique de la chasse aux oiseaux ne tenait pas compte de la biologie des espèces et des populations, cette donnée fondamentale est nécessaire pour fixer des périodes de chasse et des quotas (Belhamra, 2005).  En effet, toutes les espèces définies comme gibiers dans la région (Cailles, Tourterelles, Bécasse des bois, Bécassine des marais, Canard colvert, Canard souchet, Canard pilet, Canard siffleur, Fuligule milouin, Fuligule morillon, Sarcelle d’été, Sarcelle d’hiver, Vanneau huppé, Étourneau sansonnet, Grives Mauvis, Grives Musicienne,…) sont traitées équitablement sans tenir compte de leurs effectifs/raretés ni de leurs phénologies. D’où la nécessité de mettre en place un réseau national de collecte de données fiables permettant de connaître les tendances évolutives des effectifs spécifiques (Belhamra, 2005). En outre, un suivi strict des zones de chasse et des tableaux de chasse sera de grande valeur s’il est appliqué rigoureusement (Lekehal, 1997).

Le réchauffement du climat entraînera sans doute à l’avenir la modification de l’aire de répartition de nombreuses espèces d’oiseaux, certaines pouvant disparaître des Aurès du fait de leur déplacement vers le Nord du pays ; et certaines d’autres venant du Sahara pouvant s’y s’installer et s’acclimater.

Les caprices du climat qui sont accentués par une pression anthropique ont entrainé au cours des dernières années dans la région des Aurès des modifications importantes tant dans le milieu physique que dans la biocénose qui le peuple (Si Bachir, 2006). L'implantation de nouvelles surfaces agricoles irriguées, des retenues collinaires et l'intensification des élevages ont entraîné une modification dans les paysages et par ricochet dans la structure et l'organisation des peuplements d'oiseaux qui les colonisent.  Même si les facteurs de menaces et de dégradation sont innombrables, nous pouvons les scinder en :

– Des modifications régressives dans les conditions de l’habitat suite aux perturbations climatiques que connait la région. L’exemple du dépérissement de grandes surfaces des cédraies (Cerdus atlantica M.) au Belezma et à Chelia, dû à la sécheresse, serait le meilleur exemple à donner (Allen et al., 2010).

– Braconnage, élevage domestique de certaines espèces (Chardonneret élégant, Verdier d’Europe, Serin sini, Rapaces,…), chasse massive en période de reproduction (oiseaux d’eau), utilisation de certaines espèces à des fins de sorcellerie (Huppe fasciée), prélèvement d’œufs ou des oisillons aux nids, destruction des habitats (incendies répétés, déforestation et fragmentation des milieux, pollutions, dérangements,…). L’installation des dépotoirs à ciel ouvert a aussi une incidence négative sur la phénologie, le régime alimentaire et le comportement des espèces aviaires.

La conjugaison de ces multiples menaces entraînait et entraînera probablement un déclin marqué de nombreuses populations d’oiseaux à l’échelle régionale. À titre d’exemple, la dernière observation du Roselin à aile rose (Rhodopechys sanguinea) aux forêts du Belezma date depuis 1994 (Si Bachir, 2006).  Les populations du chardonneret élégant (Carduelis carduelis) connaissent une très forte régression sur tout le territoire des Aurès mais aussi en Algérie, en raison de sa chasse abusive pour l’ornement. Les mêmes déclins pour la même fin sont notés pour le Serin sini (Serinus serinus) et le verdier d’Europe (Carduelis chloris) et le Pinson des arbres (Fringilla coelebs) mais à un degré moins marqué que Carduelis carduelis. Le cincle plongeur quand à lui souffre de la sécheresse des Oueds et des cours d’eaux, comme Oued Labiod et Oued Abdi qui constituent ses habitats de choix.

 

5. CONCLUSION

     La protection des oiseaux s'est révélée être une des zones les plus conséquentes de l'action juridique internationale à travers les différentes conventions et traités de protection qui remet en question l'efficacité de la coopération internationale sur la protection des oiseaux, notamment les migrateurs et les espèces menacées.

L’inventaire de 207 espèces aviaires dans la région des Aurès est assez considérable et significatif. Toutefois il reste loin d’être le plus exhaustif, vu l’immensité du territoire et la diversité des écosystèmes. Suivant la présence ou absence des espèces dans les textes législatifs nationaux et annexes des conventions internationales sur la protection des oiseaux, le peuplement aviaire recensé dans la région des Aurès a une situation de conservation non-préoccupante.

Le statut de conservation des espèces dont les préoccupations sont mondialement critiques (i.e. Sarcelle marbrée, Érismature à tête blanche, Courlis à bec grêle, Vautour percnoptère,…) reste à ce jour méconnu au niveau national et local.  En fait, pratiquement aucune évaluation régionale ni nationale ne s’est faite pour définir des statuts nationaux de conservation aux espèces inventoriées selon les critères de la liste rouge de l’UICN. Par ailleurs, plusieurs espèces sont dans une situation de conservation précaire (Chardonneret élégant, plusieurs canards et rapaces diurnes, …), et la succession des années sèches avec de mauvaises habitudes humaines n'ont fait qu'accentuer cette dégradation.  

Aujourd'hui, sans intervention directe sur les pratiques humaines dans les différents écosystèmes en général en notamment dans les ZICO, qui sont abondantes dans les Aurès, plusieurs oiseaux deviendront en péril à brève échéance. Par conséquent, Il est fortement recommandé de mettre en place un réseau national de collecte de données fiables permettant de connaître les tendances évolutives des effectifs des espèces recensées pour faire des mises à jour régulières afin d’adapter les textes législatifs aux besoins actuels de protection et de conservation des oiseaux. Il faut également promouvoir l’éducation environnementale auprès des différentes tranches de la société par des compagnes de sensibilisation sur l’intérêt de préserver la nature. Car la loi, à elle-seule, sans adoption par l’"Homme" ne donnera pas de fruits. En outre, à l’instar des facteurs de menace et de dégradation sus-notés, il est impératif de dégager des mesures de protection en faveur des habitats de cette avifaune. Dans cette optique, il est important d’actualiser et de cohérer les textes législatifs pour répondre à ces fins.

 

REMERCIEMENTS

Je remercie Mr. Abdelkrim Arar (Université de Batna) pour son aide en cartographie. Sincères reconnaissance pour MM. Cherif Kahelsen et Youcef Alioua (Université d'Ouargla) qui ont bien voulu relire ce manuscrit.

 

 

REFERENCES

 

[1]      Admin.ch.  2007.  Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe.  Site Web des autorités fédérales suisses, Texte original N° (0.455), 68 p. http://www.admin.ch/ch/f/rs/i4/0.455.fr.pdf

[2]      AEWA.  2008a.  Report on the conservation status of migratory waterbirds in the agreement area, 4th edition.  15-19 September 2008, Antananarivo, Madagascar. 250 p.

[3]      AEWA.  2008b.  Plan d’Action International pour la Conservation de la Spatule blanche Platalea leucorodia.  Série technique de l’AEWA No. 35, Secrétariat PNUE/AEWA, Bonn, Allemagne 61 p.

[4]      Ait Yahia S.  1993.  Approche bioécologique démoécologique de l’avifaune de la région de Hamla Parc National de Belezma.  Mém. Ing., I.N.E.S. Agronomie, Batna, Algérie.

[5]      Allen C. D., Macalady A. K., Chenchouni H., Bachelet D., Mcdowell N., Vennetier M., Kitzberger T., Rigling A., Breshears D. D., Gonzales P., Hogg E. H. T., Fensham R., Zhang Z., Castro J., Lim J.-H., Allard G., Running S. W., Semerci A., Cobb N.  2010.  A Global Overview of Drought and Heat-Induced Forest Mortality Reveals Emerging Climate Change Risks.  Forest Ecology and Management, 259: 660–684.

[6]      Athmani L.  1988.  Comparaison faunistique entre trois stations dans le parc national de Belezma.  Mém. Ing., INA El Harrach, Alger.

[7]      Azafzaf H., Sande E., Evans S. W., Smart M., Collar N. J.  2005.  International Species Action Plan for the Houbara Bustard Chlamydotis undulata undulata.  BirdLife International, Nairobi, Kenya and Royal Society for the Protection of Birds, Sandy, Bedfordshire, UK. 31 p.

[8]      Baillie J. E. M., Hilton-Taylor C., Stuart S. N.  2004.  2004 IUCN Red List of Threatened Species. A Global Species Assessment.  IUCN, Gland, Switzerland and Cambridge, UK, xxiv + 91p.

[9]      Bechim L., Bacha B.  2005.  Approche bioécologique des zones humides et des oiseaux d’eau de la région Sud-Constantinoise.  Mém. Ing. Éco., Univ. Batna. Algérie. 109p.

[10]   Belhamara M., Abbas M.  2003.  Résultats d’une enquête nationale sur l’état et la répartition des populations d’Outarde Houbara Chlamydotis undulate undulate en Algérie.  La Forêt Algérienne, 5 : 11–15.

[11]   Belhamra M. 2005.  National Report on Hunting (Algeria).  Building capacity for sustainable hunting of migratory birds in Mediterranean third countries, Project Ref: LIFE 04 TCY/INT/000054, Disponible sur : www.birdlife.org/action/change/sustainable_hunting/pdfs/shp_national_hunting_report_algeria.pdf

[12]   Bellemy P., Elliott G., Trubridge M.  1990.  Slender-billed Curlews in Algeria? An ornithological survey of the Chotts Constantinois.  Royal Society for the Protection of Birds.

[13]   Benabderrahmane M. C.  2007.  Contribution à la réalisation d’une carte de sensibilité à la désertification de la région des Aurès à l’aide des Systèmes d’Informations Géographiques.  Mém. Ing. Éco., Univ. Batna, 94 p.

[14]   Benmessaouda A.  1992.  Contribution à l’étude de la structure et de l’organisation de l’avifaune de la chênaie de Kasserou Parc National de Belezma.  Mém. Ing. Éco., Batna, Algérie.

[15]   Benyacoub S. 1998. La Tourterelle turque Streptopelia decaocto en Algérie. Alauda, 66: 251-253.

[16]   Berg A. B. van den.  1988.  Le Courlis à bec grêle, la Sittelle algérienne et autres espèces menacées.  L’Homme et l'Oiseau, 26: 270–275.

[17]   Birdlife International.  2001.  Action plans for the Conservation of Globally Threatened Birds in Africa.  Report on the Development of Species Action plan Format. Nature Uganda. Banana Village Entebbe, Uganda.

[18]   BirdLife International.  2002.  Important Bird Areas and potential Ramsar Sites in Africa.  BirdLife International, Cambridge, UK.

[19]   Birdlife International.  2004.  Threatened birds of the world 2004.  CD-ROM. BirdLife International, Cambridge, UK.

[20]   Blake J. G., Karr J. R.  1984.  Species composition of bird communities and the conservation benefit of large versus small forests. Biological Conservation, 30 (2) : 173-187.

[21]   Blondel J.  1979.  Biogéographie de l’avifaune algérienne et dynamique des communautés.  Séminaire international sur l’avifaune algérienne, 5-11 juin 1979, Inst. Nati. Agro. El Harrach, Algérie.

[22]   Boardman R.  2006.  The International politics of bird conservation: biodiversity, regionalism and global governance.  Edward Elgar Publishing, 265 p.

[23]   Boukheteche N.  2010.  Etude de quelques éléments de la niche écologique de la Cigogne blanche (Ciconia ciconia) et du Héron garde-bœufs (Bubulcus ibis) dans la région de Batna. Mém. Magister Agronomie, Univ. Batna.

[24]   Bowman M. J.  1999a.  International treaties and the global protection of birds: part I.  Journal of Environmental Law, 11 (1) : 87–120.

[25]   Bowman M. J.  1999b.  International treaties and the global protection of birds: part II.  Journal of Environmental Law, 11 (1) : 281–300.

[26]   Brosset A.  1986.  Les populations du Faucon pèlerin Falco peregrinus en Afrique du Nord : un puzzle zoogéographique.  Alauda, 54 : 1–14.

[27]   CEC.  1999.  Protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée.  Législation communautaire en vigueur, Document 299A1214(01), Journal officiel n° L 322 du 14/12/1999, 0003–0017 pp. http://admi.net/eur/loi/leg_euro/fr_299A1214_01.html

[28]   Chenchouni H.  2007.  Diagnostic écologique d’un site proposé Ramsar: Chott de Djendli (Batna - Algérie).  Mém. Ing. Éco., Univ. Batna. Algérie. 122 p.

[29]   Chenchouni H., Bechim L., Bacha B., Si Bachir A.  2008.  Database des oiseaux d’eau hivernant dans les zones humides du sud constantinois, Algérie Période : 1978 – 2005. Poster au Séminaire international sur la biodiversité et la conservation des zones humides Nord-africaines. 2-4 décembre 2008, Dépt. Biologie, Univ. Guelma, Algérie.

[30]   Chenchouni H., Righi Y., Si Bachir A.  2007.  Mise À jour et statut écologique de l'avifaune des Aurès (Algérie).  Actes des Journées Internationales sur la Zoologie Agricole et Forestière, 09-11 avril 2007, Institut National Agronomique, El Harrach, Alger : 297–305.

[31]   Chenchouni H., Si Bachir A., Righi Y.  2006.  Statut écologique des espèces faunistiques protégées dans le Parc National de Belezma – Batna.  2èmes journées nationales sur l’Environnement et le Développement Durable, 05-06 juin 2006. Inst. Hyg. Séc. Ind., Univ. Batna, Algérie.

[32]   Chirio L., Blanc C. P.  1997.  Analyse biogéographique du peuplement reptilien de l'Aurès Algérie.  Biogeographica, 73 1: 13–22.

[33]   Chown D., Linsley M.  1994.  Wetlands in Northern Algeria and Coastal Tunisia. An PSPB Waterfowl survey December 1991 to March 1992.  Research Department of the Royal Society for the Protection of Birds, UK. 178p.

[34]   CITES.  1994.  CITES Identification Guide – Birds: Guide to the Identification of Bird Species Controlled under the Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora.  A project of the Canadian Wildlife Service of Environment Canada and Baie-Comeau College.

[35]   De Smet K.  1984.  Réserves Naturelles et Parcs Nationaux en Algérie.  L'Homme et L'Oiseau, 4 : 259–268.

[36]   De Smet K.  1989.  The Houbara Bustard in Algeria: a preliminary report.  Bustard Studies, 4: 157–159.

[37]   Devillers P., Ouellet H., Bénito-Espinal E., Beudels R., Crouon R., David N., Erard C., Gosselin M., Seutin G.  1993.  Noms français des oiseaux du monde avec les équivalents latins et anglais.  Multimondes Ed. Ste Foye, Canada ; Chabaud Ed. Bayonne, France.

[38]   DGF.  2006.  Atlas des parcs nationaux algériens.  Direction générale des forêts, Alger, Algérie,

[39]   Dixon C.  1882.  Notes on the birds of the Province of Constatine, Algeria.  Ibis, 4: 550–579.

[40]   Djerdali S. 1995. Bio-écologie faunistique de Sebkhet Bazer Région de Sétif. Thèse magister Bio. Univ. Sétif. 134p.

[41]   Dupuy A.  1967.  Répartition actuelle des espèces menacées en Algérie.  Bull. Soc. Sci. Nat. Phys. Maroc, 47: 339–354.

[42]   DPAT.  2007.  Monographie de la wilaya de Batna fin 2007.  Rapport annuel de la Direction de la Planification et de l’Aménagement du Territoire de la Wilaya de Batna, Batna, Algérie, 153 p.

[43]   Dupuy A.  1969.  Catalogue ornithologique de Sahara Algérien.  Oiseaux et R.F.O., 39: 140–160.

[44]   Etchecopar R., Hüe E.  1964.  Les oiseaux du Nord de l’Afrique.  Ed. Boubée et Cie, Paris, 606 p.

[45]   Farhi Y., Souttou K., Boukhemza M., Doumandji S.  2005.  Répartition de l’avifaune de Biskra dans les milieux agricoles et naturels.  9ème Journée Ornithologie, 7 mars 2005, Inst nati agro, El Harrach, Alger.

[46]   Ferrah F.  2007.  Contribution à l’étude de la niche écologique d’une espèce invasive le Héron garde-bœufs Bubulcus ibis ibis L. 1775 dans la wilaya de Batna.  Mém. Ing. Eco., Univ. Batna, Algérie. 141 p.

[47]   Fishpool L. D. C. & Evans M. L.  2001.  Important Bird Areas in Africa and associated islands: Priority sites for conservation.  BirdLife Conservation Series No 11, Pisces Publications and BirdLife International, Newbury and Cambridge, UK.

[48]   Ghennai N.  2005.  Contribution à la mise à jour et à l’élaboration d’une base de données de la faune du Parc National de Belezma Batna. Mém. Ing. Eco., Univ. Batna, Algérie, 79p.

[49]   Gil-Tena A., Saura S., Brotons L.  2007.  Effects of forest composition and structure on bird species richness in a Mediterranean context: Implications for forest ecosystem management.  Forest Ecology and Management, 242 (2-3): 470-476.

[50]   Heim De Balsac H.  1924.  Contributions à l’ornithologie dans le Sahara septentrional en Algérie et en Tunisie.  Revue Française d’Ornithologie, 8: 5–116.

[51]   Heim De Balsac H.  1936.  Biogéographie des Mammifères et des Oiseaux de l’Afrique du Nord.  Bull. Biol. Fr. Belg, suppl. 21 : 447.

[52]   Heim De Balsac H., Mayaud N.  1962.  Les oiseaux du Nord-Ouest de l’Afrique.  Ed. Paul Lechevalier, Paris, 486 p.

[53]   Heredia B. 1997. Les oiseaux mondialement menacés: situation en Europe, plans d'action.  Council of Europe, 472 p.

[54]   Hilton-Taylor C. 2000. 2000 IUCN Red List of Threatened Species. IUCN, Gland, Switzerland and Cambridge, UK.

[55]   Houhamdi M., Maazi M.-C., Seddik S., Bouaguel L., Bougoudjil S., Saheb M.  2009.  Statut et écologie de l'Érismature à tête blanche (Oxyura leucocephala) dans les hauts plateaux de l'Est de l'Algérie. Aves, 46 (1): 9-19.

[56]   Isenmann P., Moali A.  2000.  The birds of Algeria – Les oiseaux d’Algérie.  Ed. SEOF, Paris, France, 336 p.

[57]   Laamari M.  1986.  Aperçue sur la faune à Oued El Biod dans la région d’Arris en milieux agricoles et naturels.  Thèse Ing. Agro., Inst. Nat. Agro., El Harrach, Alger, 60 p.

[58]   Laamari M.  1991.  Bioécologie de la faune de la forêt domaniale des Aurès.  Thèse magister en agronomie, I.N.A., El Harrach, Alger.

[59]   Ladjal M.  1995.  Le Chott de Tincilt : Contribution à l’étude du milieu et approche bioécologique de son avifaune.  Mém. Ing. Foresterie, Univ. Batna, Algérie, 61p.

[60]   Le Berre M., Rostan J. C.  1976.  Inventaire de l’avifaune d’une zone de mise en valeur agricole dans le Constantinois.  Bull. Soc. Hist. Nat. Afr. Nord, Alger, 67 (1-2) : 243–267.

[61]   Le Houerou H. N.  1980.  L’impact de l’Homme et de ses animaux sur la forêt méditerranéenne.  Forêt méditerranéenne, 2: 155–174.

[62]   Le Houerou H. N., Claudin J., Pouget M.  1977.  Étude bioclimatique des steppes algériennes avec une carte bioclimatique au 1/1000.000.  Bull. Soc. Hist. Nat. Afr. Nord, Alger, 68 (3-4) : 33–74.

[63]   Ledant J. P., Jacob J. P., Jacobs P., Malher F., Ochando B., Roché J.  1981.  Mise à jour de l’avifaune algérienne.  Le Gerfaut, 71 : 295–398.

[64]   Ledant J. P., Van Dijk G. 1977. Situation des zones humides algériennes et de leur avifaune. Aves, 14 (4): 217-232.

[65]   Ledant J.-P., Jacob J. P.  1982.  Liste Rouge des Espèces d'Oiseaux Menacées en Algérie.  Rapport pour DPN Alger/SEFOR/ICBP/IUCN.

[66]   Ledant J.-P., Roux F., Jarry G.,Gammel A., Smit C., Bairlein F., Wille H.  1985.  Aperçu des Zones de Grand Intérêt pour la Conservation des Espèces d'Oiseaux Migrateurs de la communauté en Afrique.  Rapport à la Direction Générale de l'Environnement, de la Protection des Consommateurs et de la Sécurité nucléaire de la Commission des Communautés Européennes. Contrat U/84/129.

[67]   Lekehal M. E.  1997.  Approche écologique de la chasse et des espèces gibiers en Algérie. Mém. Ing. Agro., I.N.A., El-Harrach, Alger.

[68]   Lescourret F., Genard M.  1994.  Habitat, Landscape and Bird Composition in Mountain Forest Fragments.  Journal of Environmental Management, 40: 317–328.

[69]   Mitard A.-E. 1941. Aperçu des grands traits géographiques de l'Aurès, Algérie. Rev. Géog. Alp., 29 (4) : 557.578

[70]   Moali A., Moali-Grine N., Fellous A., Isenmann P.  2003.  Expansion spatiale de la Tourterelle turque Streptopelia decaocto et présence dans les parcs urbains du Pigeon ramier Columba Palumbus en Algérie.  Alauda,71 (3): 371–374.

[71]   Monroe B. L., Sibley C. G.  1997.  A World Checklist of Birds.  Yale University Press, 416 p.

[72]   Nedjahi M. C.  1993.  Contribution à l’étude de la situation écologique du chott de Tincilt Oum El Bouaghi et de son avifaune.  Mém. Ing. Foresterie, Univ. Batna, Algérie, 84 p.

[73]   Righi Y., Ghenai N., Chenchouni H., Si Bachir A.  2006.  Statut écologique de l'avifaune recensée dans le Parc National de Belezma (Batna – Algérie).  Communication orale au colloque Inter. Sur L’Ornithologie Algérienne à l’Aube du 3ème Millénaire, Univ. Batna, Algérie, 11-13 nov. 2006.

[74]   Saheb M.  2003.  Cartographie de la végétation des Sebkhas de Guellif et Ougla Touila Oum El Bouagui et écologie de l’avifaune.  Thèse de Magistère. Univ. Oum El Bouaghi, Algérie, 88 p.

[75]   Saheb M., Boulekhssaїm M., Ouldjaoui A., Houhamdi M., Samraoui B.  2006.  Sur la nidification du Flamant rose Phoenicopterus rubber roseus en 2003 et 2004 en Algérie.  Alauda, 74 (3) : 368–371.

[76]   Samraoui B., Ouldjaoui A., Boulekhssaїm M., Houhamdi M., Saheb M., Béchet A.  2006.  The first recorded reproduction of the greater Flamingo Phoenicopterus roseus in Algeria: behavioral and ecological aspects.  Ostrich, 77: 153–159.

[77]   Samraoui B., Samraoui F.  2008.  An ornithological survey of Algerian wetlands: Important Bird Areas, Ramsar sites and threatened species.  Wildfowl, 58: 71–98.

[78]   Si Bachir A.  1991.  Étude bioécologique de la faune du lac Boulhilet ou Petit Ank Djamel Sud-Constantinois, Algérie.  Thèse Magister en Biologie Animale, Univ. Sétif, Algérie, 172 p.

[79]   Si Bachir A.  2006.  Biodiversité : indicateur des changements climatiques globaux dans la région des Aurès.  2èmes journées nationales sur l’Environnement et le Développement Durable, 05-06 juin 2006, Univ. Batna, Algérie

[80]   Si Bachir A.  2007.  Bio-écologie et facteurs d’expansion du héron garde-bœufs, Bubulcus ibis ibis (Linné, 1758) dans la région de la Kabylie de la Soummam et en Algérie.  Thèse Doctorat Es. Sci. Nature., Univ. Sétif, 347 p.

[81]   Si Bachir A., Chenchouni H.  2007.  Diagnostic écologique des zones humides du Sud-Constantinois.  4èmes Journées Internationales sur les Oiseaux d’Eau et les Zones Humides. 16-17 février 2007, Univ. El Jadida, Maroc.

[82]   Si Bachir A., Doumandji S. E., Al Kassis W.  1992.  Analyse qualitative du peuplement aviaire du lac Boulhilet Est algérien.  Damascus University Journal, 8 (31-32) : 13–21.

[83]   Sibley C. G., Monroe B. L. 1990. Distribution and taxonomy of birds of the world. Yale University Press, 1111p.

[84]   Stewart P.  1969.  Quotient pluviométrique et dégradation biosphérique : Quelques réflexions.  Bull. doc. Ins. Nati. Agro, El-Harrach. 111p.

[85]   Tematea.  2007.  Convention Africaine sur la Conservation de la Nature et des Ressources Naturelles (Convention d’Alger, 1968).  Le projet TEMATEA "Modules Thématiques" pour une application cohérente des conventions sur la biodiversité, http://www.tematea.org/french/?q=node/4593

[86]   Vagg R.  2009.  CMS Family Guide – The Encyclopedia the Convention on the Conservation of Migratory Species of Wild Animals.  3rd edition, UNEP-CMS Secretariat, Bonn, Germany.

[87]   Van Dijk G., Ledant J.-P.  1983.  La Valeur Ornithologique des zones humides de l'est Algérien.  Biological Conservation, 26: 215–226

[88]   Vié J.-C., Hilton-Taylor C., Pollock C., Ragle J., Smart J., Stuart S. N., Tong R.  2008.  The IUCN Red List: a key conservation tool.  In: Vié J.-C., Hilton-Taylor C., Stuart S.N. eds.  The 2008 Review of The IUCN Red List of Threatened Species. IUCN Gland, Switzerland.

 

 

Annexe 1 : Liste systématique des espèces d’oiseaux recensés dans la région des Aurès avec leurs statuts de protection

[Systematic checklist of bird species recorded in Aures region with their protection statutes]

 

 

 

 

 

D = Lois algériennes ; Liste rouge UICN : [LC = Préoccupation mineure ; NT = Quasi-menacé ; VU = Vulnérable ; EN = En danger] ; C = Convention de CITES ; N = Convention de Bonn ; W = Accord d’AEWA ; L = Convention de Barcelone ; Convention d'Alger : [A = liste A ; B = liste B] ; R = Convention de Berne ; 1 = Annexe 1 ; 2 = Annexe 1 ; 3 = Annexe 3.

 

 

 

 

 

           

(Description des Statuts de protection : cf. Annexe 2)

 

ORDRE  —  Famille

    

Nom scientifique

Nom français

Nom anglais

Statuts de protection

 

PODICIPEDIFORMES  —  Podicipedidae

 

Podiceps cristatus

Grèbe huppé

Great Crested Grebe

lc, w, a, r3

 

Podiceps nigricollis

Grèbe à cou noir

Black-necked grebe

lc, w, a, r2

 

Tachybaptus ruficollis

Grèbe castagneux

Little grebe

lc, w, a, r2

PELECANIFORMES  —  Phalacrocoracidae

 

Phalacrocorax carbo

Grand Cormoran

Great Cormorant

d, lc, w, a, r3

CICONIIFORMES  —  Ardeidae

 

Ardeola ralloides

Héron crabier

Squacco heron

lc, w, a, r2

 

Bubulcus ibis

Héron garde-bœufs

Cattle Egret

lc, c3, w, a, r2

 

Egretta alba

Grande aigrette

Great wihte heron

lc, a, r3

 

Egretta garzetta

Aigrette garzette

Little egret

lc, c3, w, a, r2

 

Ardea cinerea

Héron cendré

Grey Heron

lc, w, a, r3

CICONIIFORMES  —  Threskiornithidae

 

Platalea leucorodia

Spatule blanche

Spoonbill

d, lc, c2, n2,w, a,r2

 

Plegadis falcinellus

Ibis falcinelle

Glossy ibis

lc, n2, w, a, r2

CICONIIFORMES  —  Ciconidae

 

Ciconia ciconia

Cigogne blanche

White stork

d, lc, n2, w, a, r2

PHOENICOPTERIFORMES  —  Phoenicopteridae

 

Phoenicopterus roseus

Flamant rose

Greater Flamingo

d,lc,c2,n2,w,l2,a,r2

ANSERIFORMES  —  Anseridae

 

Anser anser

Oie cendrée

Grey lag goose

d, lc, n2, w, r3

ANSERIFORMES  —  Anatidae

 

Tadorna tadorna

Tadorne de Belon

Common Shelduck

d, lc, n2, w, r2

 

Tadorna ferruginea

Tadorne casarca

Ruddy shelduck

d, lc, n2, w, r2

 

Anas penelope

Canard siffleur

Eurasian Wigeon

lc, c3, n2, w, r3

 

Anas strepera

Canard chipeau

Gadwall

lc, n2, w, r3

 

Anas acuta

Canard pilet

Northern Pintail

lc, c3, n2, w, r3

 

Anas crecca

Sarcelle d'hiver

Common Teal

lc, c3, n2, w, r3

 

Anas platyrhynchos

Canard colvert

Mallard

lc, n2, w, r3

 

Anas querquedula

Sarcelle d'été

Garganey

lc, n2, w, r3

 

Anas clypeata

Canard souchet

Northern Shoveler

lc, c3, n2, w, r3

 

Marmaronetta angustirostris

Sarcelle marbrée

Marbled duck

d, vu, n1, w, r2

 

Aythya fuligula

Fuligule morillon

Tufted duck

lc, n2, w, r3

 

Aythya ferina

Fuligule milouin

Pochard

lc, n2, w, r3

 

Aythya nyroca

Fuligule Nyroca

Ferruginous Duck

nt, c3, n1, w, r3

 

Oxyura leucocephala

Érismature à tête blanche

White-headed duck

d, en, c2, n1, w, r2

FALCONIFORMES  —  Accipitridae

 

Milvus migrans

Milan noir

Black Kite

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Milvus milvus

Milan royal

Red kite

d, nt, c2, n2, b, r2

 

Gypaetus barbatus

Gypaète barbu

Bearded Vulture

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Neophron percnopterus

Vautour percnoptère

Egyptian Vulture

d, en, c2, n1, a, r2

 

Gyps fulvus

Vautour fauve

Eurasian Griffon Vulture

d, lc, c2, n2, a, r2

 

Gyps rueppellii

Vautour de Rüppell

Rüppell's Vulture

nt, c3, n2, a, r2

 

Circaetus gallicus

Circaète Jean-le-blanc

Short-toed Eagle

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Circus aeruginosus

Busard des roseaux

March harrier

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Accipiter nisus

Épervier d'Europe

Eurasian Sparrowhawk

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Buteo buteo

Buse variable

Common Buzzard

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Buteo rufinus

Buse féroce

Long-legged Buzzard

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Aquila chrysaetos

Aigle royal

Golden Eagle

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Hieraaetus pennatus

Aigle botté

Booted Eagle

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Hieraaetus fasciatus

Aigle de Bonelli

Bonelli's Eagle

d, lc, c2, n2, b, r2

FALCONIFORMES  —  Pandionidae

 

Pandion haliaetus

Balbuzard pêcheur

Osprey

d,lc,c2,n2,l2,b,r2

FALCONIFORMES  —  Falconidae

 

Falco tinnunculus

Faucon crécerelle

Rock Kestrel

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Falco subbuteo

Faucon hobereau

Eurasian Hobby

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Falco biarmicus

Faucon lanier

Lanner Falcon

d, lc, c2, n2, b, r2

 

Falco peregrinus

Faucon pèlerin

Peregrine Falcon

d, lc, c1, n2, b, r2

 

Falco pelegrinoides

Faucon de Barbarie

Barbary Falcon

d, lc, c1, n2, b, r2

GALLIFORMES  —  Phasianidae

 

Alectoris graeca

Perdrix bartavelle

Rock Partridge

lc, r3

 

Alectoris barbara

Perdrix gambra

Barbary Partridge

lc, r3

 

Coturnix coturnix

Caille des blés

Common Quail

lc, n2, r3

GRUIFORMES  —  Rallidae

 

Rallus aquaticus

Râle d'eau

Water Rail

lc, w, r3

 

Gallinula chloropus

Gallinule poule-d'eau

Common Moorhen

lc, w, r3

 

Fulica atra

Foulque macroule

Common Coot

lc, n2, w, r3

GRUIFORMES  —  Gruidae

 

Grus grus

Grue cendrée

Common Crane

d, lc, c2, n2, w, r2

OTIDIFORMES  —  Otididae

 

Chlamydotis undulata

Outarde houbara

Houbara Bustard

d, vu, c1, n1, b, r2

CHARADRIIFORMES  —  Recurvirostridae

 

Himantopus himantopus

Échasse blanche

Black-winged stilt

d, lc, n2, w, r2

 

Recurvirostra avosetta

Avocette élégante

Pied Avocet

d, lc, n2, w, r2

CHARADRIIFORMES  —  Burhinidae

 

Burhinus œdicnemus

Œdicnème criard

Stone-curlew

lc, n2, r2

CHARADRIIFORMES  —  Glareolidae

 

Glareola pratincola

Glaréole à collier

Collared Pratincole

lc, n2, w, r2

CHARADRIIFORMES  —  Charadriidae

 

Charadrius dubius

Petit Gravelot

Little ringed plover

lc, n2, w, r2

 

Charadrius hiaticula

Grand Gravelot

Common Ringed Plover

lc, n2, w, r2

 

Charadrius alexandrinus

Gravelot à collier interrompu

Kentish plover

lc, n2, w, r2

 

Charadrius morinellus

Pluvier guignard

Dotterel

lc, n2, w, r2

 

Pluvialis apricaria

Pluvier doré

Golden plover

lc, n2, w, r3

 

Pluvialis squatarola

Pluvier argenté

Grey plover

lc, n2, w, r3

 

Vanellus vanellus

Vanneau huppé

Northern Lapwing

lc, n2, w, r3

CHARADRIIFORMES  —  Scolopacidae

 

Calidris canutus

Bécasseau maubèche

Red Knot

lc, n1, w, r3

 

Calidris alba

Bécasseau sanderling

Sanerling

lc, n2, w, r2

 

Calidris minuta

Bécasseau minute

Little stint

lc, n2, w, r2

 

Calidris ferruginea

Bécasseau cocorli

Curlew Sandpiper

lc, n2, w, r2

 

Calidris alpina

Bécasseau variable

Dunlin

lc, n2, w, r2

 

Lymnocryptes minimus

Bécassine sourde

Jack Snipe

lc, n2, w, r3

 

Philomachus pugnax

Combattant varié

Ruff

lc, n2, w, r3

 

Gallinago gallinago

Bécassine des marais

Common Snipe

lc, n2, w, r3

 

Scolopax rusticola

Bécasse des bois

Eurasian Woodcock

lc, n2, w, r3

 

Limosa limosa

Barge à queue noire

Black-tailed Godwit

nt, n2, w, r3

 

Numenius tenuirostris

Courlis à bec grêle

Slender-billed curlew

d,vu,c1,n1,w, l2,r2

 

Numenius arquata

Courlis cendré

Eurasian Curlew

nt, n2, w, r3

 

Tringa erythropus

Chevalier arlequin

Spotted redshank

lc, n2, w, r3

 

Tringa totanus

Chevalier gambette

Common Redshank

lc, n2, w, r3

 

Tringa nebularia

Chevalier aboyeur

Greenshank

lc, n2, w, r3

 

Tringa ochropus

Chevalier culblanc

Green sandpiper

lc, n2, w, r2

 

Tringa glareola

Chevalier sylvain

Wood sandpiper

lc, n2, w, r2

 

Actitis hypoleucos

Chevalier Guignette

Common Sandpiper

lc, n2, w, r2

LARIFORMES  —  Laridae

 

Larus ridibundus

Mouette rieuse

Common Black-headed Gull

lc, w, r3

 

Larus genei

Goéland railleur

Slender-billed gull

lc, n2, w, r2

 

Larus audouinii

Goéland d'Audouin

Audouin's gull

nt, n1, w, l2, r2

 

Larus michahellis

Goéland leucophée

Yellow-legged Gull

lc, w, r3

LARIFORMES  —  Sternidae

 

Chlidonias niger

Guifette noire

Black Tern

lc, w, r2

 

Chlidonias leucopterus

Guifette leucoptère

White-winged Tern

lc, n2, w, r2

 

Sterna nilotica

Sterne hansel

Gull-billed Tern

lc, w, r3

 

Sterna albifrons

Sterne naine

Little tern

lc, n2, w, l2, r2

PTEROCLIFORMES  —  Pteroclididae

 

Pterocles coronatus

Ganga couronné

Crowned Sandgrouse

lc, r2

 

Pterocles senegallus

Ganga tacheté

Spotted Sandgrouse

lc, r2

 

Pterocles orientalis

Ganga unibande

Black-bellied Sandgrouse

lc, r2

 

Pterocles alchata

Ganga cata

Pin-tailed Sandgrouse

lc, r2

COLUMBIFORMES  —  Columbidae

 

Columba livia

Pigeon biset

Rock Dove

lc, c3, r3

 

Columba palumbus

Pigeon ramier

Wood Pigeon

lc

 

Streptopelia decaocto

Tourterelle turque

Eurasian Collared Dove

lc, r3

 

Streptopelia turtur

Tourterelle des bois

European tartle-Dove

lc, n2, r3

 

Streptopelia senegalensis

Tourterelle maillée

Laughing Dove

lc, c3, r3

CUCULIFORMES  —  Cuculidae

 

Clamator glandarius

Coucou geai

Great Spotted Cuckoo

d, lc, r2

 

Cuculus canorus

Coucou gris

Common Cuckoo

d, lc, r3

STRIGIFORMES  —  Tytonidae

 

Tyto alba

Effraie des clochers

Barn Owl

d, lc, c2, b, r2

STRIGIFORMES  —  Strigidae

 

Otus scops

Petit-duc scops

Eurasian Scops Owl

d, lc, c2, b, r2

 

Bubo bubo

Grand-duc d'Europe

Eagle Owl

d, lc, c2, b, r2

 

Athene noctua

Chevêche d'Athéna

Little Owl

d, lc, c2, b, r2

 

Strix aluco

Chouette hulotte

Towny Owl

d, lc, c2, b, r2

 

Asio otus

Hibou moyen duc

Long-eared Owl

d, lc, c2, b, r2

CAPRIMULGIFORMES  —  Caprimulgidae

 

Caprimulgus europaeus

Engoulevent d ́Europe

European Nightjar

d, lc, c2, r2

 

Caprimulgus ruficollis

Engoulevent à collier roux

Red-necked Nightjar

d, lc, c2, r2

APODIFORMES  —  Apodidae

 

Apus apus

Martinet noir

Common Swift

lc, r3

 

Tachymarptis melba

Martinet à ventre blanc

martinet alpin

lc, r2

CORACIIFORMES  —  Meropidae

 

Merops persicus

Guêpier de Perse

Blue-cheeked Bee-eater

d, lc, r3

 

Merops apiaster

Guêpier d'Europe

European Bee-eater

d, lc, n2, r2

CORACIIFORMES  —  Upipidae

 

Upupa epops

Huppe fasciée

Hoopoe

d, lc, r2

PICIFORMES  —  Picidae

 

Picus vaillantii

Pic de Levaillant

Levaillant's Green Woodpecker

d, lc, r3

 

Dendrocopos minor

Pic épeichette

Lesser spotted Woodpecker

d, lc, r2

PASSERIFORMES  —  Alaudidae

 

Melanocorypha calandra

Alouette calandre

Calandra Lark

lc, r2

 

Calandrella brachydactyla

Alouette calandrelle

Short-toed Lark

lc, r2

 

Calandrella rufescens

Alouette pispolette

Lesser Short-toed Lark

lc, r2

 

Galerida cristata

Cochevis huppé

Crested Lark

lc, r3

 

Lullula arborea

Alouette lulu

Wood-Lark

lc, r3

 

Alauda arvensis

Alouette des champs

Sky-Lark

lc, r3

PASSERIFORMES  —  Hirundinidae

 

Ptyonoprogne rupestris

Hirondelle de rochers

Eurasian Crag-Martin

lc, r2

 

Hirundo rustica

Hirondelle rustique

Barn-swallow

lc, r2

 

Delichon urbica

Hirondelle de fenêtre

Common House-Martin

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Motacillidae

 

Anthus campestris

Pipit rousseline

Tawny Pipit

lc, r2

 

Anthus pratensis

Pipit farlouse

Meadow Pipit

lc, r2

 

Motacilla flava

Bergeronnette printanière

Yellow-Wagtail

lc, r2

 

Motacilla cinerea

Bergeronnette des ruisseaux

Grey Wagtail

lc, r2

 

Motacilla alba

Bergeronnette grise

White-Wagtail

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Pycnonotidae

 

Pycnonotus barbatus

Bulbul des jardins

Garden Bulbul

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Cinclidae

 

Cinclus cinclus

Cincle plongeur

White-throated Dipper

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Troglodytidae

 

Troglodytes troglodytes

Troglodyte mignon

Wren

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Turdidae

 

Cercotrichas galactotes

Agrobat roux

Rufous Scrub-Robin

lc, r2

 

Erithacus rubecula

Rougegorge familier

European Robin

lc, r2

 

Luscinia megarhynchos

Rossignol philomèle

Rufous Nightingale

lc, r2

 

Phoenicurus moussieri

Rougequeue de Moussier

Moussier's Redstart

lc, r3

 

Phoenicurus ochruros

Rougequeue noir

Black Redstart

lc, r2

 

Phoenicurus phoenicurus

Rougequeue à front blanc

Common Redstart

lc, r2

 

Saxicola rubetra

Tarier des prés

Whinchat

lc, r2

 

Saxicola torquata

Tarier pâtre

Common Stonechat

lc, r2

 

Oenanthe oenanthe

Traquet motteux

Northern Wheatear

lc, r2

 

Oenanthe hispanica

Traquet oreillard

Black-eared Wheatear

lc, r2

 

Oenanthe deserti

Traquet du désert

Desert Wheatear

lc, r3

 

Oenanthe lugens

Traquet deuil

Mourning Wheatear

lc, r3

 

Oenanthe leucopyga

Traquet à tête blanche

White-crowned Black Wheatear

lc, r3

 

Oenanthe leucura

Traquet rieur

Black Wheatear

lc, r2

 

Monticola saxatilis

Monticole de roche

Rufous-tailed Rock Thrush

lc, r2

 

Monticola solitarius

Monticole bleu

Blue Rock-thrush

lc, r2

 

Turdus torquatus

Merle à plastron

Ring-Ouzel

lc, r2

 

Turdus merula

Merle noir

Blackbird

lc, r3

 

Turdus pilaris

Grive litorne

Fieldfare

lc, r3

 

Turdus viscivorus

Grive draine

Mistle Thrush

lc, r3

PASSERIFORMES  —  Sylviidae

 

Cisticola juncidis

Cisticole des joncs

Zitting Cisticola

lc, r2

 

Acrocephalus arundinaceus

Rousserole turdoïde

Great Reed-Warbler

lc, r2

 

Hippolais polyglotta

Hypolaïs polyglotte

Melodious warbler

lc, r2

 

Sylvia sarda

Fauvette sarde

Marmora's Warbler

lc, r2

 

Sylvia undata

Fauvette pitchou

Dartford Warbler

nt, r2

 

Sylvia deserticola

Fauvette de l'Atlas

Tristram's Warbler

lc, r2

 

Sylvia conspicillata

Fauvette à lunettes

Spectacled Warbler

lc, r2

 

Sylvia cantillans

Fauvette passerinette

Subalpine Warbler

lc, r2

 

Sylvia melanocephala

Fauvette mélanocephale

Sardinian warbler

lc, r2

 

Sylvia atricapilla

Fauvette à tête noire

Black cap

lc, r2

 

Sylvia curruca

Fauvette babillarde

Lesser Whitethroat

lc, r2

 

Sylvia communis

Fauvette grisette

Common Whitethroat

lc, r2

 

Phylloscopus bonelli

Pouillot de Bonelli

Western Bonelli's Warbler

lc, r2

 

Phylloscopus sibilatrix

Pouillot siffleur

Wood Warbler

lc, r2

 

Phylloscopus collybita

Pouillot véloce

Northern Chiffchaff

lc, r2

 

Regulus regulus

Roitelet huppé

Goldcrest

lc, r2

 

Regulus ignicapillus

Roitelet triple-bandeau

Firecrest

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Muscicapidae

 

Muscicapa striata

Gobe mouche gris

Spotted Flycatcher

lc, r2

 

Ficedula hypoleuca

Gobemouche noir

Pied flycatcher

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Paridae

 

Parus ater

Mésange noire

Coal-Tit

lc, r2

 

Parus caeruleus

Mésange bleue

Blue Tit

lc, r2

 

Parus major

Mésange charbonnière

Great Tit

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Certhiidae

 

Certhia brachydactyla

Grimpereau des jardins

Short-toed Tree-creeper

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Oriolidae

 

Oriolus oriolus

Loriot d'Europe

Eurasian Golden Oriole

d, lc, r2

PASSERIFORMES  —  Laniidae

 

Lanius excubitor

Pie-grièche grise

Great Grey Shrike

lc, r2

 

Lanius meridionalis

Pie-grièche méridionale

Southern Grey Shrike

lc, r2

 

Lanius minor

Pie-grièche à poitrine rose

Lesser Grey Shrike

lc, r2

 

Lanius senator

Pie-grièche à tête rousse

Woodchat Shrike

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Corvidae

 

Garrulus glandarius

Geai des chênes

Eurasian Jay

lc

 

Pica pica

Pie bavarde

Black-billed Magpie

lc

 

Pyrrhocorax pyrrhocorax

Crave à bec rouge

Red-billed Chough

d, lc, r2

 

Corvus monedula

Choucas des Tours

Eurasian Jackdaw

lc

 

Corvus corax

Grand corbeau

Common Raven

lc, r3

PASSERIFORMES  —  Sturnidae

 

Sturnus vulgaris

Étourneau sansonnet

Common Starling

lc

PASSERIFORMES  —  Ploceidae

 

Passer domesticus

Moineau domestique

House sparrow

lc

 

Passer hispaniolensis

Moineau hispagnol

Spanish Sparrow

lc, r3

 

Passer montanus

Moineau friquet

Eurasian Tree Sparrow

lc, r3

 

Petronia petronia

Moineau soulcie

Rock Sparrow

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Fringillidae

 

Fringilla coelebs

Pinson des arbres

Common Chaffinch

lc, r3

 

Serinus serinus

Serin cini

European Serin

d, lc, r2

 

Carduelis chloris

Verdier d'Europe

Green finch

lc, r2

 

Carduelis carduelis

Chardonneret élégant

Goldfinch

lc, r2

 

Carduelis cannabina

Linotte mélodieuse

Linnet

lc, r2

 

Pyrrhula pyrrhula

Bouvreuil pivoine

Bullfinch

lc, r3

 

Loxia curvirostra

Bec-croisé des sapins

Common Crossbill

d, lc, r2

 

Rhodopechys sanguinea

Roselin à ailes roses

Crimson-winged Finch

d, lc, r3

 

Coccothraustes coccothraustes

Grosbec casse-noyaux

Hawfinch

lc, r2

PASSERIFORMES  —  Emberizidae

 

Emberiza cirlus

Bruant zizi

Cirl Bunting

lc, r2

 

Emberiza cia

Bruant fou

Rock Bunting

lc, r2

 

Emberiza striolata

Bruant striolé

House Bunting

lc, r3

 

Miliaria calandra

Bruant proyer

Corn Bunting

lc, r3

 

Annexe 2. Description des catégories ou des annexes des conventions et traités internationaux impliqués dans la protection des oiseaux

[Description of categories or appendixes of conventions and treaties involved in birds’ protection]

 

Nom du trait international de protection

Description des catégories ou des annexes comportant les espèces d’oiseaux

Accord d’AEWA

16/06/1995

Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Africain et d’Eurasie

AEWA est un traité international indépendant développé par le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) et la Convention de Bonn. L'accord concerne la protection de 235 espèces d'oiseaux migrateurs écologiquement dépendants de zones humides le long de leurs itinéraires de migration pour au moins une partie de leur cycle annuel. L'accord prévoit une action coordonnée et concertée des États le long des routes migratoires des oiseaux d'eau.

Liste rouge de l'UICN (IUCN Red List)

 

5/10/1948

 

La Liste Rouge de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature

 

Elle constitue l'inventaire mondial le plus complet de l'état de conservation global des espèces végétales et animales.

Éteint (EX), Aucun doute raisonnable, que le dernier individu est mort.

• Éteint à l’état sauvage (EW) disparu de la nature et ne survivant qu'en culture, en captivité ou en tant que population acclimatée.

• Trois catégories d'oiseaux en danger de disparition :

  • o En danger critique d'extinction (CR), confrontée à un risque extrêmement élevé d'extinction à l'état sauvage.
  • o Espèce en danger (EN), considérée comme confrontés à un risque très élevé d'extinction à l'état sauvage.
  • o Espèce Vulnérables (VU), considérée comme confrontés à un risque élevé d'extinction à l'état sauvage

• Espèce Quasi-menace (NT), près de se qualifier pour ou est susceptible de se qualifier pour une catégorie menacée dans un avenir proche.

• Préoccupation mineure (LC), risques moindres. Ne bénéficie pas d'une catégorie à risque. Catégorie inclut les taxons largement répandus et abondants.

• Données insuffisantes (DD), des informations insuffisantes pour faire une évaluation directe ou indirecte, de son risque d'extinction.

• Non Évalué (NE), pas encore été évalué d'après les critères.

Convention de Washington (CITES)

03/03/1973

Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction

Annexe 1 : concerne les espèces menacées d’extinction dont le commerce des spécimens n’est possible que dans des conditions exceptionnelles.

Annexe 2 : concerne toutes les espèces qui ne sont pas forcément menacées d’extinction mais dont le commerce peut entrainer une exploitation de nature à mettre en danger la survie de l’espèce.

Annexe 3 : concerne les espèces déjà protégées dans un pays, ce dernier ayant demandé aux autres parties de la convention leur assistance pour en contrôler le commerce.

Convention de Bonn

(CMS)

23/06/1979

Convention relative à la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage

Annexe 1 : énumère des espèces migratrices en danger.

Annexe 2 : énumère des espèces migratrices dont l'état de conservation est défavorable et qui nécessitent la conclusion d'accords internationaux pour leur conservation et leur gestion, ainsi que celles dont l'état de conservation bénéficierait d'une manière significative de la coopération internationale qui résulterait d'un accord international.

Convention de Barcelone

16/02/1976

Convention pour la protection du milieu marin et du littoral de la Méditerranée.

Protocole relatif aux aires spécialement protégées et à la diversité biologique en Méditerranée

 

Annexe 1 : Critères communs pour le choix des aires marines et côtières protégées susceptibles d'être inscrites sur la liste des ASPIM

Annexe 2 : Espèces en danger ou menacées

Annexe 3 : Espèces dont l'exploitation est réglementée

Convention d’Alger

15/09/1968

Convention Africaine sur la Conservation de la Nature et des Ressources Naturelles

Convention visant la conservation et l'utilisation rationnelle des ressources en sol, en eau, en flore et en faune.

 

Liste A : Espèces en espèces protégées

Liste B : Espèces dont l’utilisation doit faire l'objet d’autorisation préalable.

Convention de Berne

19/09/1979

Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe

Annexe 1 : Espèces de flore strictement protégées

Annexe 2 : Espèces de faune strictement protégées

Annexe 3 : Espèces de faune protégées

Annexe 4 : Moyens et méthodes de mise à mort, de capture et autres formes d'exploitation interdits

 

Télécharger l'article

   

 

 

Appel à communication