September 2016
S M T W T F S
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30

DES INSECTES AUXILIAIRES AUTOCHTONES À PROTÉGER ET A VALORISER POUR UNE AGRICULTURE SAINE DANS DES RÉGIONS À AGRO-ÉCOSYSTÈMES VULNÉRABLES

 

 

Aïssa BELHADI*, Malika DJOUDI, Djamel BERREDJOUH & Khamsa BAAZI

Centre de Recherche Scientifique et Technique sur les Régions Arides Omar ELBARNAOUI (CRTSTRA)

* Email : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

RÉSUMÉ : Avec environ 60 000 serres, la wilaya de Biskra occupe la première place, dans le pays, dans la production de primeurs maraîchères. Cette agriculture sous-abris est connue pour son caractère intensif, avec un recours abusif à l’utilisation d’intrants chimiques, ce qui cause des effets néfastes pour l’homme et l’environnement. Développer des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement est plus que nécessaire, surtout dans les régions où les agro-écosystèmes sont fragiles, comme s’est le cas des Régions Arides.  Au niveau de la station expérimentale Bioressources d’El-Outaya du Centre de Recherche Scientifique et Technique sur les Régions Arides, tous les essais sont conduits en bio.  Dans le cas du piment et du poivron conduits sous serre, quatre insectes auxiliaires appartenant à quatre ordres différents ; Coléoptères, Diptères, Névroptères et Hyménoptères interviennent dans la limitation des populations d’Aphis craccivora Koch. Se sont les coccinelles et les syrphes qui interviennent les premiers puis arrivent les chrysopes et enfin les parasitoïdes.  Ces quatre auxiliaires présents à l’état naturel dans notre station expérimentale, arrivent seuls à juguler l’attaque des aphides sur le piment-poivron sans aucun traitement chimique.


MOTS CLÉS : Insectes utiles autochtones, pucerons, piment-poivron, plasticulture, Zone Aride.

 

ABSTRACT: With approximately 60.000 greenhouses, the Wilaya of Biskra is in the first place in the country, in the production of early vegetable. The farming-shelter is known for its intensive character, with the abusive use of chemicals fertilizer and pesticides, these cause harmful effects for the human and the environment. The development of agriculture practices with respect environment is more than important. Especially in the regions with sensible ecosystem, as is the case of the arid regions in the bio resources experimental station d’El-Outaya, of the Centre of Scientific and Technical Research for the Arid Regions, all the experience are conducted in bio. In the case of pepper and sweet pepper cultivate under green house, four auxiliary insects from four different order insects, Coleoptera, Diptera, Nevroptera and Hymenoptera, involved in the limiting populations of Aphis craccivora Koch. They are the ladybirds and the hoverflies witch act first, and then lacewings and finally parasitoid.  The Fourth auxiliary which are naturally present in the greenhouse, can arrive alone to stem the aphids attack in chilli pepper without chemical treatment.


KEYWORDS: autochthon auxiliary, aphids, pepper, sweet-pepper, greenhouse, arid region

 

1. INTRODUCTION

    Si la serre constitue un milieu favorable, par la maîtrise partielle des facteurs abiotiques de production (SILVIE et al., 1990), pour le développement de cultures hors-saison, elle constitue également un endroit propice pour le développement de maladies et de ravageurs. Pour faire face aux différents bioagresseurs les agriculteurs utilisent généralement de façon massive et répétée un certain nombre de pesticides dont l’utilisation entraîne de nombreux problèmes : coût en produits et main d’œuvre, risque de résidus dans les parties consommées, pollution de l’environnement, élimination des organismes utiles et apparition de résistance à ces produits chimiques.

Pour ces problèmes de pollution dus aux pesticides, une agriculture alternative est née. Cette agriculture s’appelle l’agriculture biologique qui est une agriculture respectueuse des normes de la santé de l’homme et inoffensive pour l’environnement. Parmi ces normes il y’a l’interdiction de l’utilisation des produits chimiques de synthèse (engrais chimiques et pesticides entre autres). Ainsi, pour faire face aux différents bioagresseurs, des moyens de lutte non polluants sont utilisés. Parmi ces moyens nous avons le recours à la lutte biologique dans ses différents aspects ; utilisation d’arthropodes auxiliaires, champignons, des oiseaux, etc.

Au niveau de la station expérimentale Bioressources d’El-Outaya du Centre de Recherche Scientifique et Technique sur les Régions Arides, tous les essais sont conduits en bio avec bannissement de toute lutte chimique, que les intrants sont autorisés ou pas par les normes régissant l’agriculture biologique. Pour faire face aux pucerons qui s’attaquent au piment-poivron sous serre un ensemble de techniques sont utilisées, entre autres il y’a le recours au cortège d’ennemis naturels de ces redoutables déprédateurs.

 

2. PRESENTATION DE LA STATION BIORESSOUCE D’EL-OUTAYA

    Créée en 2004 dans le cadre du programme annuel, au titre de la relance économique. Elle se situe à 12 Km du siège de la Direction Générale du CRSTRA (sis au Campus Universitaire Med Kheider-Biskra). Cette station s’étend sur une superficie de 20.50 ha et fait partie du périmètre irrigué «Lemkimnet», alimenté à partir des eaux du barrage «Manbaâ Elghozelan» (fontaine des gazelles). 

Plusieurs axes de recherche sont menés au niveau de la station, nous avons :

- Axe 1 : phoeniciculture ;

- Axe 2 : arboriculture fruitière ;

- Axe 3 : protection des végétaux ;

- Axe 4 : cultures légumières ;

- Axe 5 : cultures condimentaire, aromatique et médicinale ;

- Axe 6 : production animale (ovin) ;

- Axe 7 : plantes rustiques (arganier) ;

 

3. CONDUITE DES SERRES DU PIMENT-POIVRON

    Avant la transplantation des plants du piment-poivron, obtenus dans notre pépinière maraîchère, dans leurs serres respectives, celles-ci sont préparées d’une façon à réduire les chances d’une installation de pucerons qui risque de mettre en péril les jeunes plants du piment-poivron. Parmi les différentes opérations effectuées avant transplantation nous avons :

a. Installation de pièges englués de différentes couleurs. Cette opération rentre dans le cadre de la surveillance des plants du piment et du poivron de toute infestation précoce par les ravageurs, principalement les pucerons. Par l’attraction qu’exerce la couleur jaune sur les adultes ailés des pucerons (RABASSE et al., 1982 ; ROBERT, 1982), les plaques jaunes engluées placées à l’intérieur des serres nous permettent de savoir l’arrivée ou pas de ces insectes dans ces dernières (figure 1).

b. Des pots semis d’orge (plante relais) et introduits à l’intérieur des serres pour attirer des pucerons qui s’attaquent à l’orge mais qui ne s’attaque pas aux plants du piment et du poivron qui seront plantés plus tard. Ainsi, les pucerons qui infesteront les jeunes plants d’orge attireront un cortège d’ennemis naturels près à intervenir tôt sur les pucerons qui s’installeront sur les plants du piment et du poivron. 

c. désherbage permanent à l’intérieur des serres et installation d’un paillage en plastique noir : avant et pendant la présence des plants du piment et du poivron dans les serres, les mauvaises herbes font l’objet d’un arrachage systématique, car elles constituent des plantes hôtes pour les pucerons

 

Télécharger l'article

      

 

 

 

Appel à communication