June 2016
S M T W T F S
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30

LE DROMADAIRE, ÉLÉMENT INCONTOURNABLE DANS LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE DES POPULATIONS AUTOCHTONES

 

ADAMOU A., BOUZEGAG B. et BABELHADJ B.

Laboratoire de protection des Ecosystèmes en Zones Arides et Semi-arides Université Kasdi Merbah – Ouargla

 

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

Résumé

 

Le constat d’échec révélé par les études antérieures sur l’état des lieux des élevages dans les régions sahariennes laisse présager une situation préoccupante quant à l’avenir  du niveau de la consommation des protéines animales dans ces régions où le problème de distance, de capacité de stockage, d’accès au marché et de productivité pastorale font que les produits animaux sont globalement moins disponibles et plus coûteux qu’ailleurs. Cet échec est le résultat de systèmes de production non adaptés aux conditions climatiques et écologiques locales. Alors que les espèces indigènes, à l’exemple du camelin qui par ses facultés d’adaptation à un milieu caractérisé par des conditions de vie d’une rigueur excessive peut, grâce à sa multifonctionnalité contribuer à la sécurité alimentaire des populations autochtones. En effet, bien que la place de la viande cameline en matière de consommation  soit très négligeable à l'échelle nationale (4.2% du total des viandes rouges consommées), sa consommation dans les régions sahariennes est importante puisque les camelins participent  pour plus de 30% de l'ensemble des abattages en viande rouge. Ce pourcentage doit être revu à la hausse si on tient compte des abattages clandestins estimés à 50%. Malgré cet atout, l’activité cameline en Algérie a été toujours marginalisée. Le maintien du statut de dromadaire comme élément clé à la sécurité alimentaire en tant qu’animal de boucherie doit obligatoirement passer par certaines pistes de développement : l’organisation de la filière viande, l’amélioration de la couverture sanitaire, l’organisation de la profession, l’hydraulique pastorale, et une meilleure gestion des parcours sans oublier l’implication de l’Etat et de la communauté scientifique.

Mots clés : élevage camelin – viande – sécurité alimentaire- Sahara algérien

 

 

Télécharger l'article

 

Appel à communication