July 2016
S M T W T F S
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31

ÉVALUATION DE l’ÉTAT DES LIEUX DE L’INDUSTRIE LAITIÈRE EN ALGÉRIE.

 

LEKSIR Choubaïla , BOUSHABA Rihab.

Institut de la Nutrition, de l’Alimentation et des Technologies Agro- Alimentaires, Université Mentouri, Constantine .

 

  This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

Résumé :

 

L’industrie laitière occupe en Algérie une place fondamentale sur le plan économique du pays, ce secteur est exposé à d’énormes problèmes et limitations où  l’obtention des matières premières constitués principalement par le lait de vaches constitue le problème majeur. Ceci est due au manque d’attention et d’ignorance des pratiques d’hygiène par les éleveurs des vaches laitières et collecteurs du lait ce qui affecte négativement le procédé de fermentation quelques soit les mesures de correction appliquées ce qui marque la nécessité d’intervention au niveau du maillon le plus faible de la filière ‘la collecte’ dans le but de réduire au maximum les pertes dues à la contamination du lait.

Plusieurs études ont été réalisées en Algérie afin d’isoler et de sélectionner des souches lactiques autochtones à partir de matières premières naturelles animales ou végétales. Ce potentiel s’avère d’autant plus prometteur pour les pays en voie de développement tel que l’Algérie qui est fortement dépendante en termes de matières premières importées utilisées dans l’industrie laitière (ferments lactiques, lait en poudre) mais aussi en termes de savoir-faire technologique et maîtrise de procédés. Il existe donc un besoin manifeste pour l’exploitation des ressources naturelles dont dispose notre pays pour caractériser et identifier des alternatives efficaces à partir de la flore autochtone.

Une étude de terrain a été réalisée à travers deux types de questionnaires. Un premier questionnaire destiné aux unités de production laitière a été créé afin de définir l’état des lieux de l’industrie laitière en Algérie ainsi que de cerner des principaux problèmes et contraintes dont souffre l’industriel algérien ; Un second questionnaire beaucoup plus élaboré a visé une tranche spécifique constituée par les chercheurs et experts algériens dans le domaine de microbiologie et de biotechnologie, ce questionnaire a été conçu dans le but d’élargir le champ de recherche ainsi que de définir les enjeux liés à l’industrie laitière d’un point de vue professionnel.

 

Nos experts ont proposé d’améliorer certains aspects afin de promouvoir la filière, ils ont classé les matières premières comme priorité majeure ensuite vient l’établissement des liaisons permanentes entre l’industrie et la recherche scientifique. Des mesures d’intervention doivent être concrétisés afin d’éviter la dépendance perpétuelle de l’étranger tant sur le plan technologique que commercial. L’algérien continuera à consommer un produit local de technologie et ingrédients importés et la cause majeure c’est bien la rupture et les lacunes qui existent entre l’industriel et le chercheur algérien.

Notre étude va permettre desusciter une prise de conscience de la nécessaire complémentarité entrel’industrie laitière et la recherche scientifique qui doit s’intégrer à tous les niveaux de cette filière capitale. Les industriels doivent ouvrir les portes à la recherche tout en faisant confiance aux compétences nationales.La réalisation des deux questionnaires nous a permis de voir de près les avis des industriels ainsi que des experts concernant des aspects très importants relatifs à l’industrie laitière locale ce qui a permis de cerner les atouts et défis liés à ce secteur économique sensible et de définir les maillons fragiles et les points critiques à corriger afin de promouvoir la filière. Notre étude contribue également à faire une étude des ferments lactiques importés ainsi que de proposer un plan d’action pour une éventuelle production de ferments lactiques locaux ayant des propriétés aussi meilleures que celles importées et pouvant être localement produits pour développer une autosuffisance en matières premières de l’industrie laitière en Algérie. L’industriel doit faire confiance aux chercheurs et aux compétences nationales afin de promouvoir l'efficience technique et économique du secteur tout en offrant des produits laitiers concurrents à des prix abordables. Cette situation désirée va porter intérêt à tous les partenaires du secteur et va compenser les efforts fournis par l’état pour encourager la recherche scientifique ainsi que les structures de base de ce secteur primordial pour l’économie du pays.

 

Mots clés : Algérie, industrie laitière, matière première, autosuffisance.

 

 

Télécharger l'article

 

Appel à communication