June 2016
S M T W T F S
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30

 

 

IMPACT DES POLITIQUES AGRICOLES SUR LA DURABLITE DE LA PRODUCTION LAITIERE  DANS LA WILAYA DE TIZI-OUZOU

 

BOUSSAD BELKHEIR 1, GHOZLANE Faissal2, BOUSBIA Aissam3, BENIDIR Mohamed4, KALLI Sofia2 

 

 (1) Centre de Recherche INRAA Oued Ghir, RN n° 12 Béjaia 6017

(2) Département de zootechnie. Ecole Nationale Supérieure d’Agronomie 16200 El Harrach, Alger.

(3)Département des sciences de la nature et de la vie, Université 08 Mai 1945, BP 401 Guelma.

(4) INRAA de Sétif, BP 358, 19000.

 

This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

Résumé:

 

En vue de caractériser l'impact des politiques agricoles par le biais du FNRDA (fond national de régulation et de développement agricole)  au niveau de la région de Tizi-Ouzou, 83 exploitations ont été soumises à un questionnaire et 10 autres ont fait l'objet d'une évaluation de la durabilité  en utilisant la méthode IDEA (Indicateurs de Durabilité des Exploitations Agricoles).

            L’étude typologique effectuée à l’aide d’une analyse factorielle a fait ressortir quatre groupes d’exploitations : Les petites exploitations (5,97 Ha en moyenne de la SAU), les exploitations de tailles moyennes  (une SAU moyenne de 12,37 Ha),  exploitations de tailles intermédiaires  (25,17 Ha) à forte location des terres (10,83 Ha) et les grandes exploitations (SAU moyenne de 45 Ha dont 51% en irriguée).

            Les aides octroyées aux éleveurs ont permis une  augmentation de leurs productions en lait (69,88%), leurs effectifs (55,42%), leurs superficies fourragères (6,02%) et leurs revenus (45,78%), toutefois la perception de cette subvention suite à la lenteur administrative accuse des retards considérables. Par ailleurs les charges alimentaires restent en moyenne élevées dépassant les 74% des charges totales (73%, 78%, 69%, 62% respectivement pour le G1, G2, G3 et G4). Le concentré utilisé par tous les éleveurs enquêtés est l’aliment composé du commerce. Il est abondamment utilisé ; 46% des éleveurs en distribuent plus de 10 Kg/vache/jour. Le prix de revient d’un litre de lait varie largement d’un élevage à un autre et oscille entre 15 DA et 60 DA avec un coût moyen de 36,48 DA\Kg de lait (34,48, 42,17 28,33, 25,33 pour le G1, G2, G3 et G4 respectivement).

L’analyse de la durabilité a montré que les meilleures performances sont enregistrées par les deux échelles agroécologique et économique alors que la dimension socioterritoriale constitue une limite pour la durabilité totale. Ces résultats restent discutables au vue de l’inadaptation de la méthode d’évaluation qui présente des faiblesses en matière de pertinence, de précision des indicateurs et également l’attribution des scores.

            La wilaya de Tizi-Ouzou, région pourtant montagneuse et à faible sole fourragère, est parmi les wilayas les plus productrices du lait au niveau national (un effectif bovin 86396 têtes) avec un nombre de 650 éleveurs et une production de 61 millions de litres de lait de vache en 2008 (elle occupe le 6ieme Rang dans la collecte national du lait crus), dont 20 millions sont collectés au profit des laiteries implantées dans la région.

 

 

Mots clés : Bovin laitier, Politiques agricoles, Prix de revient, Production laitière, Tizi-Ouzou, Typologie.

 

 

Télécharger l'article

 

 

 

 

Appel à communication